La "Sainte Anne" de Léonard de Vinci, restaurée, retrouve ses couleurs

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 23/03/2012 à 19H20
3 vues de la restauration de "La vierge, l'Enfant Jésus et Sainte Anne" au Louvre le 23/03/2012

3 vues de la restauration de "La vierge, l'Enfant Jésus et Sainte Anne" au Louvre le 23/03/2012

© J.Demarthon. AFP

La "Sainte Anne", chef d'oeuvre de Léonard de Vinci, a gardé sa grâce et retrouvé des couleurs fraîches et lumineuses à l'issue d'une restauration controversée de près de deux ans décidée par le Louvre pour préserver le tableau et ôter des taches de repeints altérés. L'ultime chef-d'œuvre de Léonard de Vinci est exposé au Louvre du 29 mars au 25 juin 2012.

Une véritable résurrection qui a redonné du relief à cette oeuvre
Le public pourra redécouvrir cette peinture sur bois représentant "La Vierge et l'enfant avec Sainte Anne" sur laquelle Léonard de Vinci a travaillé de 1503 jusqu'à sa mort en France en 1519. "C'est une véritable résurrection pour la Sainte Anne", a déclaré Vincent Dieulevin, conservateur en charge de la peinture italienne du XVIème siècle au musée du Louvre. "La restauration a révélé l'exceptionnelle conservation de ce tableau qui a cinq cents ans. Mais aussi toute la force de la palette de Léonard, la qualité des bleus qui sont toujours là" alors qu'on craignait leur détérioration, a déclaré M. Dieulevin avant d'ajouter: "Elle a surtout redonné tout le relief à cette composition". "Le lapis lazuli très intense de la robe du manteau de la Vierge crée le premier plan. Les lointains sont peints avec des variations de bleus plus doux qui deviennent de plus en plus blancs", ajoute-t-il.

La restauratrice d'origine italienne Cinzia Pasquali serait bien allée "plus loin" dans le nettoyage de ce chef-d'oeuvre et pense que rien ne s'oppose techniquement à une restauration de la Joconde. Elle a expliqué que le nettoyage a permis de découvrir une dernière ligne de crête dans le paysage de montagnes. La robe de la Vierge s'est révélée d'un bleu frais et soutenu. Les transparences ont réapparu dans les coiffes de Sainte Anne et de la Vierge.

La restauratrice en plein travail de restauration

La restauratrice en plein travail de restauration

© Valérie Coudin
Une restauration épineuse
La restauration a été décidée en 2009 par le musée qui avait constaté des microsoulèvements de la matière picturale potentiellement liée à la dégradation des vernis. En outre, le tableau était maculé de taches disgracieuses, liées à des restaurations antérieures ayant mal vieilli. La restauration a débuté en juin 2010. La phase d'allègement des vernis a été particulièrement tendue à l'automne 2011, avec la démission de deux experts français de la commission. M. Pomarède a mis "le pied sur le frein" en permanence pour tempérer les ardeurs de certains, notamment en ce qui concerne le visage de la Sainte Anne, que certains membres de la commission auraient bien vu davantage nettoyé.

La Sainte Anne, l'oeuvre restaurée ira à Lens pour la première-exposition temporaire du musée

La Sainte Anne, l'oeuvre restaurée ira à Lens pour la première-exposition temporaire du musée

© RMN, musée du Louvre / René-Gabriel Ojéda

Une exposition consacrée à la Sainte-Anne
Pour célébrer cette "renaissance", le Louvre consacre une exposition à la "Sainte Anne", destinée à montrer le cheminement créatif de Léonard de Vinci (1452-1519) pour aboutir à son "ultime chef-d'oeuvre", laissé inachevé. Le début de la lente et complexe genèse du tableau remonterait à 1501, date de sa première mention dans la correspondance d’Isabelle d’Este. Léonard de Vinci ne cessa ensuite de perfectionner cette composition ambitieuse, qu’il laissa inachevée à sa mort en 1519.

Esquisses de composition, dessins préparatoires, études de paysage et le carton de la National Gallery de Londres – jamais présenté à côté du tableau depuis la mort de Léonard – rendent compte des différentes solutions successivement envisagées par le maître.

Le Louvre. Hall Napoléon, sous la pyramide. Ouvert tous les jours, sauf le mardi, de 9 h à 18 h. Nocturnes les mercredi et vendredi jusqu’à 21h45, les samedi et dimanche jusqu'à 20h.