La petite-fille de Picasso compte vendre la villa cannoise de l'artiste

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 16/05/2015 à 13H07
"La Californie", la somptueuse villa cannoise où vécut Pablo Picasso.

"La Californie", la somptueuse villa cannoise où vécut Pablo Picasso.

© Rieger Bertrand / HEMIS.FR / AFP

Marina, la petite-fille de Pablo Picasso, a le "projet" de vendre "La Californie", somptueuse villa-atelier de son grand-père à Cannes, annonce-t-elle dans un entretien publié samedi dans Nice-Matin.

Une proposition de rachat pour 150 millions d'euros

"Cela fait partie de mes projets. (...) Ce sera, pour moi, une façon de tourner la page sur une histoire assez douloureuse. Et quand on veut faire de grandes choses dans l'humanitaire, il est nécessaire de réunir des fonds très importants", déclare-t-elle.

Selon le quotidien, celle qui a été privée de l'affection du peintre et trouvait souvent porte close à la somptueuse villa qu'occupait son grand-père avec sa dernière compagne Jacqueline aurait déjà reçu une offre d'achat s'élevant à 150 millions d'euros.

"Ce n'est pas évident, de quitter cette maison. D'un autre côté, il est raisonnable de le faire", poursuit-elle: "Encore faut-il que je trouve autre chose où je puisse me plaire. Même si je me partage avec Genève, j'adore cette région. Je suis née à Cannes, je garderai un toit ici".


Une histoire douloureuse avec son grande-père

"Ce n'est pas une maison où j'ai beaucoup de bons souvenirs. J'y ai très peu vu mon grand-père", reconnaît toutefois Marina Picasso. "Avec le recul, je comprends qu'il ait pu être captivé par la peinture et que rien d'autre n'ait eu plus d'importance. Seulement, quand on est enfant, on ne le vit pas comme ça".

Parce que les peintures de Picasso étaient liées à des souvenirs douloureux et lui apparaissaient comme « malfaisantes », elle les a longtemps laissées au sol, la face contre le mur, racontait-elle déjà il y a deux ans à Nice-Matin.

Des céramiques bientôt mises en vente

Marina Picasso annonce par ailleurs son intention de vendre 126 céramiques réalisées par son grand-père. Sotheby's espère en tirer 6 à 8 millions d'euros, selon Nice-Matin. Le contexte d'une telle vente semble favorable : le tableau de Picasso "Les Femmes d'Alger (version O)" a battu cette semaine un record mondial pour un tableau : il a été adjugé 179,3 millions de dollars lors d'une vente chez Christie's à New York.

"Je vends, bien sûr, mais c'est également une manière de partager. Pour utiliser l'argent de façon intéressante. En France, exclusivement, au profit des personnes âgées et des adolescents", explique-t-elle.

Mère de cinq enfants dont trois adoptés, Marina Picasso a notamment financé pendant 25 ans un village pour 350 orphelins du Vietnam.