"La Liberté" de Delacroix vandalisée : l'inscription "intégralement retirée"

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 08/02/2013 à 11H39
"La Liberté" de Delacroix vandalisée au Louvre-Lens

"La Liberté" de Delacroix vandalisée au Louvre-Lens

© PHILIPPE HUGUEN / AFP

"L'intégrité de l'oeuvre n'a en rien été atteinte, l'inscription étant superficielle et restée en surface du vernis sans atteindre la couche picturale", a expliqué la direction vendredi. Une jeune femme est en garde à vue depuis jeudi soir pour avoir inscrit des caractères au feutre noir sur le célèbre tableau intitulé "La liberté guidant le peuple".

"Ce qui a été marqué semble pouvoir se retirer assez facilement. On va pouvoir revenir sur les dégradations", avait déclaré plus tôt le directeur du Louvre-Lens, Xavier Dectot, à la presse, après examen par des spécialistes de l'inscription en forme de code - "AE911" - de quelque 30 cm sur six en bas à droite du tableau.
 
La galerie du temps du Louvre-Lens est fermée au public depuis l'acte de vandalisme

La galerie du temps du Louvre-Lens est fermée au public depuis l'acte de vandalisme


Selon Vincent Pomarède, directeur du département peintures du musée du Louvre à Paris, "c'est un marqueur noir qui a été utilisé, un produit qui ne s'enlève pas à l'eau mais avec un solvant". "On a déjà fait des tests et on voit que l'inscription s'enlève totalement", avait-il précisé. "Le vernis très épais a joué son rôle, je suis rassuré" et "on peut faire  une intervention sans décrocher l'oeuvre", avait-il ajouté. "Nous faisons tout pour que la galerie du Temps (où se trouve le tableau vandalisé ndlr) rouvre dès demain (samedi)", a encore indiqué Xavier Dectot. Il a cependant souligné que "des mesures de sécurité complémentaires (allaient) être prises dès demain, avec un renforcement de la présence humaine" dans le musée. 

"Une personne déséquilibrée"
Le maire (PS) de Lens, Guy Delcourt, a estimé que la dégradation du tableau est "le geste d'une personne déséquilibrée". "Il ne s'agit pas d'un acte délibéré de dégradation d'une oeuvre, il s'agit du geste d'une personne déséquilibrée, sur lequel je ne porterai pas de commentaire car c'est du ressort à la fois de la justice et des médecins", a déclaré Guy Delcourt.