La Joconde était-elle féministe ?

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 22/02/2014 à 11H43
La Joconde (détail)

La Joconde (détail)

© MICHEL URTADO / MUSÉE DU LOUVRE / RMN-GRAND PALAIS

La Joconde et son mystérieux sourire sont-ils décodés, 500 ans après avoir été peints par Léonard de Vinci ? Pour un auteur américain, Mona Lisa est une sorte de militante féministe prônant l'égalité des sexes.

C'est la théorie, pour le moins originale, d'un historien de l'art amateur du Texas, William Varvel, dernière en date des nombreuses hypothèses, érudites ou farfelues, qui accompagnent la longue existence du tableau le plus célèbre au monde.
La Joconde de Leonard de Vinci, exposée au Louvre, à Paris

La Joconde de Leonard de Vinci, exposée au Louvre, à Paris

© RIEGER Bertrand / hemis.freonard
Le droit à la prêtrise
Mona Lisa revendique, de manière cryptée, "les droits théologiques des femmes", en clair, la possibilité pour les femmes d'être prêtres dans l'Eglise catholique. affirme à l'AFP cet ex-professeur de mathématiques et auteur de "La Dame parle, les secrets de Mona Lisa" (The Lady Speaks, Brown Books) qu'il vient de publier aux Etats-Unis.
L'amateur de 53 ans, qui vient de passer 12 ans à étudier Léonard de Vinci, dit-il, assure que "La Joconde est une sorte de déclaration pour les droits des femmes". En 180 pages, pas toujours faciles, M. Varvel explique avoir découvert comment le peintre a "émaillé le tableau de 40 symboles, tirés des 21 vers du chapitre 14 du Livre du prophète Zacharie", dans l'Ancien Testament.
Le texte annonce l'avènement de la "Nouvelle Jérusalem", symbole d'une société idéale où les droits des femmes seraient reconnus, tout en décrivant la vraie ville antique, souligne-t-il.
L'auteur établit ainsi des corrélations entre les descriptions géographiques ou symboliques du texte sacré et les détails du tableau, route, eaux, pont, voile, broderies ou position du modèle.
Ainsi, sur l'épaule droite de Mona Lisa s'élève le mont du Golgotha, à sa gauche le mont des Oliviers. Les plis sur son bras gauche sont un "joug", référence à la fois à des 
textes religieux et à l'oppression des femmes, note-t-il.
Leonard de Vinci gauchiste ?
Pour Léonard de Vinci "que l'on pourrait aujourd'hui qualifier de gauchiste", dit-il, cette société idéale "ne pouvait exister que si l'exercice du ministère de Jésus-Christ était reconnu à la fois pour les hommes et pour les femmes".
Le sourire de Mona Lisa, détail de La Joconde, de Leonard de Vinci 

Le sourire de Mona Lisa, détail de La Joconde, de Leonard de Vinci 

© Michel Urtado / Musée du Louvre / RMN-Grand Palais
Et l'énigmatique sourire ? Il signifie "qu'elle connaît le secret de la Nouvelle Jérusalem", précise-t-il.
Depuis cinq siècles, La Joconde fascine: on s'enthousiasme d'en trouver des copies, on croit repérer des signes mystérieux dans ses yeux, des Japonais ont reconstitué sa voix, un médecin a même cru diagnostiquer chez elle un excès de cholestérol ! 
"On a aussi dit que c'était un homme, parfois le portrait de Léonard lui-même", rappelle l'historienne de l'art Laure Fagnart. "A mon sens, il n'y a pas de choses qu'on nous cache vraiment", ajoute cette spécialiste de peinture italienne de la Renaissance à l'université de Liège, qui n'a pas lu le livre et ne le commente donc pas.
"C'est le portrait d'une bourgeoise comme il y en a eu des dizaines à cette époque, mais peut-être plus difficile à lire que d'autres oeuvres. Léonard est un artiste qui pense sa peinture, il ne fait rien de façon innocente", explique-t-elle.
Quant à Mona Lisa, M. Varvel n'a jamais vu le tableau en vrai. "Il y a trop de monde. Si je vais à Paris, le Louvre devra m'accorder une visite privée", s'amuse-t-il.