"La Jeune fille à la perle" star d'une exposition à Bologne

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 03/02/2014 à 14H31
"La Jeune fille à la perle" de Johannes Vermeer (1632-1675) (détail)

"La Jeune fille à la perle" de Johannes Vermeer (1632-1675) (détail)

© SIPA

Avant même l’ouverture de l’exposition, "La Jeune fille à la perle", œuvre mythique de Vermeer, fait un malheur à Bologne, où elle s’installe pour trois mois et demi avec 36 autres peintures du siècle d’or hollandais. Plus de 100.000 billets ont déjà été vendus.

"Il y a une fièvre incroyable autour de ce tableau", a déclaré le commissaire de l’exposition Marco Goldin, lors d’une présentation à la presse. Ce chef d’œuvre, considéré comme un des trois tableaux les plus connus au monde avec la "Joconde" de Léonard de Vinci et "Le Cri" d’Edvard Munch, est exposé du 8 février au 25 mai au Palais Fava de Bologne, dans le cadre d’une exposition consacrée à l’Age d’or de la peinture hollandaise, montée en collaboration avec le Mauritshuis de la Haye.
 
En travaux, le musée néerlandais a prêté "La Jeune fille à la perle" qui termine à Bologne une tournée qui l’a mené au Japon (Tokyo et Kobe) puis aux Etats-Unis (San Francisco, Atlanta et New York). Bologne est sa seule étape européenne avant son retour à La Haye pour la réouverture du Mauritshuis le 27 juin.
 
Vermeer redécouvert au XIXe siècle
"C'est la première fois que le tableau vient en Italie et qu'il est exposé en Europe hors du musée" hollandais, a souligné Marco Goldin, qui dit "s'attendre à ce qu'une grande foule se déverse sur Bologne dans les prochains mois".
 
Pourquoi Bologne ? "En raison de mes rapports très forts avec le musée  hollandais, j'ai réussi à capturer ce tableau, face à la concurrence de bien d'autres musées qui auraient voulu l'accueillir", s'est réjoui Marco Goldin.
 
Johannes Vermeer (1632-1675), pourtant peu prolifique, est considéré aujourd’hui comme un des peintres les plus importants de l’Age d’or hollandais, mais il a connu une période d’oubli et ne fut redécouvert qu’au XIXe siècle.
 
Un tableau vendu pour une bouchée de pain en 1881
"La Jeune fille à la perle", peint vers 1665, a été vendu aux enchères à la Haye en 1881 pour un prix dérisoire : on ne savait pas que c’était un Vermeer. Son acquéreur, le collectionneur Arnoldus Andries Des Bomes, le fait restaurer et le lègue au Mauritshuis à a sa mort en 1902.
 
Personne ne connaît l’identité de la jeune fille représentée, dont le visage illuminé, légèrement tourné vers le spectateur, ressort sur un fond sombre. Elle est coiffée d’un turban exotique, et son col blanc se reflète dans sa boucle d’oreille en forme de perle. Ce visage idéalisé a un caractère mystérieux et intemporel qui lui vaut parfois le nom de "Joconde du nord".
 
La Jeune fille à la perle au centre de l’exposition
La célébrité du tableau de Vermeer s’est encore accrue grâce au film de Peter Webber, "La Jeune fille à la perle" (2003), d’après le roman de Tracy Chevalier (2000). Même si l’intrigue était de pure fiction, l’impact du livre et du film a été tel, rappelle Marco Goldin, qu'ils ont conduit à "un changement dans le titre du tableau qu’on appelait auparavant ‘La jeune fille au turban’. Il est devenu ‘La jeune fille à la perle’, un titre bien plus fascinant et à fort impact populaire".
 
"La Jeune fille à la perle" est au centre de l’exposition (une salle lui est consacrée), mais il ne faut pas oublier tout ce qu’il y a autour, souligne Marco Goldin qui évoque "d’autres tableaux à couper le souffle" qui provoquent "l’enchantement de la pure beauté".
 
Quatre Rembrandt
37 tableaux au total sont présentés, paysages, portraits, natures mortes, scènes d’intérieur. Le public va pouvoir admirer entre autres à Bologne un autre Vermeer, "Diane et ses nymphes", quatre Rembrandt dont deux portraits, des Frans Hals, des Claesz, Van Honthorst, De Hooch…
 
Il est fortement conseillé de réserver. Le 8 février, jour de l’ouverture, déjà, une nocturne exceptionnelle est prévue jusqu’à deux heures du matin en raison de l’énorme demande.
 
La ragazza con l’orecchino di perla, Il mito della Golden Age, da Vermeer a Rembrandt, capolavori del Maritshuis, Bologna, Palazzo Fava
Du lundi au jeudi : 9h-20h
Vendredi et dimanche : 9h-21h
Samedi : 9h-22h
Tarifs : 12€ / 9€ / 6€ sans réservation, 13€ / 10€ / 7€ avec réservation

Du 8 février au 25 mai 2014