L’hommage cosmique du graffeur Shuck One au pharaon du free jazz Sun Ra

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 26/10/2015 à 13H37
Une des œuvres de Shuck One inspirées par l'univers de Sun Ra et présentées à la Galerie Ann et Just Jaeckin

Une des œuvres de Shuck One inspirées par l'univers de Sun Ra et présentées à la Galerie Ann et Just Jaeckin

© Culturebox / Capture d'écran

Plus de vingt ans après sa disparition, le jazzman Sun Ra et son univers délirant continuent d’inspirer les artistes d’aujourd’hui. Des musiciens bien sûr, comme Thomas de Pourquery mais aussi des plasticiens, comme Shock One, l’un des pionniers du street art en France. Dans ces dernières œuvres exposées jusqu’au 10 novembre à Paris, il s’inspire de la philosophie cosmique de Sun Ra.

Reportage : A.Delcourt / N.Berthier / O.Dumont / N.Aibar

50 ans de carrière, 200 albums et des apparitions souvent mémorables. Disparu en 1993 à 79 ans, Herman Poole Blount dit Sun Ra a marqué l’histoire du free jazz par sa musique mais également par l’univers délirant qu’il avait créé autour de son œuvre.

Autoproclamé messie débarqué de Saturne, celui que l’on surnomma "le pharaon du free jazz" développa une étrange philosophie mêlant égyptologie de carton-pâte et cosmologie démente portée par sa musique et son groupe "The Arkestra". Il invitait par exemple les Noirs à s'exiler sur Mars pour se libérer de la domination des Blancs.

Un joyeux délire mais derrière, une vraie volonté politique de proposer aux Afro-Américains une alternative poétique à la confrontation physique prônée à l'époque par les Black Panthers.

Shuck One, pionnier du graff 

Né en 1970 en Guadeloupe, Shuck One fait partie de la première génération de graffeurs français qui arpentent les rues de la capitale au milieu des années 80. Il se fera vite remarquer pour son "abondante" production dans le métro parisien notamment.   

Au début des années 90, il fonde les collectifs de tagueurs et graffeurs DCM et Basalt qui allaient marquer l’histoire du street art à Paris et au-delà participer à faire reconnaitre le graff comme une discipline artistique à part entière.

C’est à cette époque que Shuck One commence à privilégier la toile aux murs et sa peinture évolue vers une forme plus abstraite. Aujourd’hui, ses œuvres sont exposées dans de nombreuses galeries et musées.   

L'artiste Shuck One

L'artiste Shuck One

© MAXPPP


"Living in Space" - Shuck One 
Jusqu'au 10 novembre 2015
Galerie Ann et Just Jaeckin
19 rue Guénégaud, Paris VIe