L’artiste franco-américaine Karen fait don de dix œuvres au MAMAC de Nice

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 06/09/2014 à 14H11
Détail d'une des dix toiles offertes par Karen Joubert au MAMAC de Nice.

Détail d'une des dix toiles offertes par Karen Joubert au MAMAC de Nice.

© Culturebox / capture d'écran

Forêts exotiques luxuriantes et débauche de couleur, végétaux tentaculaires et formats démesurés, c’est le monde imaginaire et féérique de Karen Joubert Cordier, artiste franco-américaine atypique qui vit et travaille depuis plus de vingt-cinq ans sur la Côte d’Azur. Elle vient de faire don au MAMAC de Nice d’une série de dix tableaux. Des œuvres à découvrir jusqu’au 12 octobre

Reportage : H.France, Y.Fournigault, L.Buyse
Née en 1954 d’une mère californienne et d’un père français, commissaire général du paquebot France, Karen mène une enfance rêvée, à bord de prestigieux paquebots, dans de luxueux palaces, partagée entre l’Europe et la Californie. Des séjours américains féériques selon elle qui vont forger son caractère et inspirer des années plus tard son travaille d’artiste.
 
Formée à l’Académie Charpentier, Karen a été repérée au milieu des années 80 par le collectionneur et marchand d’art Daniel Cordier qui la prendra sous son aile. Et c’est lui l’ancien secrétaire de Jean Moulin qui la fera entrer en 1989 au Centre Pompidou. Daniel Cordier intègre alors deux pièces de Karen dans sa donation de 500 œuvres. Deux toiles aujourd’hui aux Abattoirs de Toulouse.
Karen Joubert 2 © Culturebox / capture d'écran
Les dix œuvres données cet été au MAMAC sont issues de sa première période et couvrent dix ans de créations tropicales inspirées des forêts de Thaïlande d’où est originaire son époux, lui aussi artiste et fils adoptif de Daniel Cordier.
Le critique d’art Bernard Lamarche-Vadel, disparu en 2000, disait que l’on retrouvait dans la peinture de Karen le surréalisme et le côté inquiétant de Dali, les couleurs du Douanier Rousseau, la technique d’Arcimboldo et la modernité de Robert Combas…
Karen Joubert 3 © Culturebox / capture d'écran
Karen se tournera ensuite vers un travail plus proche du Pop art et de la bd. Depuis dix ans ses "BD POP" s’arrachent notamment en Asie et Karen multiplie également les commandes de fresques géantes au Japon, à Singapour et à Hong-Kong.
Karen Joubert 4 © Karen Joubert
La donation Karen
Exposition jusqu’au 12 octobre 2014
Tous les jours sauf le lundi de 10h à 18h
Entrée libre
 
Musée d'Art Moderne et d'Art Contemporain
Place Yves Klein
06000 Nice