Jérôme Bosch : une nouvelle toile du peintre aurait été identifiée

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 01/02/2016 à 16H33
Portrait de Jérôme Bosch par Jacques Le Boucq, 1550.

Portrait de Jérôme Bosch par Jacques Le Boucq, 1550.

© Arras, Bibliothèque municipale

Après des années de recherches, des historiens de l'art affirment avoir identifié une nouvelle toile de Jérôme Bosch. La peinture, attribuée jusqu'alors à un élève du peintre néerlandais mort il y a 500 ans, se trouvait dans l'entrepôt d'un musée américain.

Il s'agit de "La tentation de Saint-Antoine"

"Cette nouvelle attribution est une addition significative au petit corpus d'oeuvres produites par Jérôme Bosch", ont annoncé les chercheurs dans un communiqué.

"La tentation de Saint-Antoine", qui représente le saint s'abreuvant à l'eau d'une rivière, entouré de petits monstres fantastiques, est une addition "petite mais significative" à l'oeuvre du peintre, selon les chercheurs. " Le saint est tenté dans son existence, qui est dédiée à Dieu, par les créatures étranges qui l'entourent", expliquent-ils. "

Bien que la toile ait été fortement retouchée et repeinte pendant une restauration au cours du XXe siècle, la main de Jérôme Bosch est clairement reconnaissable."

L'imagerie carnavalesque de Jérôme Bosch sonne comme le credo de la nouvelle morale bourgeoise de son temps, à laquelle il souscrit: malheur au débauché, au paresseux, au gaspilleur, à l'avare, à l'étourdi, car il ira en enfer.
Jérôme Bosch "Gloutonnerie" (détail de "La Nef des fous") 1500-10 - New Haven (USA), Yale University Art Gallery.

Jérôme Bosch "Gloutonnerie" (détail de "La Nef des fous") 1500-10 - New Haven (USA), Yale University Art Gallery.

© Photo Rik Klein Gotink and image processing Robert G. Erdmann for the Bosch Research and Conservation Project.

Identifiée grâce à des techniques infrarouges

La toile, peinte entre 1500 et 1510, a été entreposée pendant des années au musée Nelson-Atkins, à Kansas City. Elle était jusqu'à présent attribuée à un des étudiants de l'atelier de Jérôme Bosch.

Mais des techniques infrarouges ont permis de découvrir, sous la peinture, des "dessins qui correspondent exactement à d'autres trouvés sur des panneaux de Jérôme Bosch".

Une exposition exceptionnelle aux Pays-Bas

Les résultats de la recherche ont été présentés alors que le musée de sa ville natale, Bois-le-Duc, s'apprête à ouvrir une exposition exceptionnelle regroupant 20 des toiles du "peintre du diable". Des monstres festoyant d'âmes perdues, des démons torturant des pécheurs tordus de douleur, des squelettes souriants attendant les morts lui ont valu ce surnom et ont terrifié pendant des siècles.

La toile sera présentée au public pour la première fois lors de l'exposition "Visions d'un génie", qui s'ouvre le 13 février et jusqu'au 8 mai au Noordbrabants Museum (à Bois-le-Duc, aux Pays-Bas).

Jérôme Bosch, de son vrai nom Jheronimus Van Acken, est né vers 1450 dans une famille de peintres. Il rejoint l'atelier familial avant de prendre le nom de sa ville pour être aisément retrouvé par les riches commanditaires. Mort en août 1516, il est enterré dans la cathédrale de la ville, dont les gargouilles démoniaques ont inspiré bon nombre de ses créatures.