"Impression, soleil levant", l'histoire du tableau de Monet au musée Marmottan

Par @valerieoddos Journaliste, responsable de la rubrique Expositions de Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 23/09/2014 à 18H13
A droite, Claude Monet à Giverny en 1921 - A gauche, son tableau "Impression, soleil levant" (1972), qui a donné son nom à l'impressionnisme (ancienne collection Ernest Hoschedé, ancienne collection Georges de Bellio, aujourd'hui propriété du Musée Marmottan, Paris)

A droite, Claude Monet à Giverny en 1921 - A gauche, son tableau "Impression, soleil levant" (1972), qui a donné son nom à l'impressionnisme (ancienne collection Ernest Hoschedé, ancienne collection Georges de Bellio, aujourd'hui propriété du Musée Marmottan, Paris)

© A droite, photo Samji Kuroki / AFP - A gauche © Christian Baraja

"Impression, soleil levant" de Claude Monet est un des tableaux les plus célèbres du monde. Pour son 80e anniversaire, le musée Marmottan-Monet retrace l'histoire de cette perle de sa collection et livre le résultat d'une enquête serrée sur la genèse et le destin du chef-d'œuvre qui a donné son nom à l'impressionnisme (jusqu'au 18 janvier 2015).

L'exposition, qui présente 61 peintures et œuvres graphiques, dont 26 de Claude Monet, avec de nombreux documents, montre le célèbre tableau dans son contexte de l'époque. Elle commence avec les maîtres de Monet, des marines et des études de ciel d'Eugène Boudin, les effets du soleil couchant sur l'eau de Johan Barthold Jongkind. Et aussi une toile de Turner, littérale explosion de lumière : on sait que Monet avait découvert le peintre anglais en 1870-71 à Londres.

Reportage : N. Lemarignier, I. Baechler, J-M. Lequertier, F. Faure, A. Grenier-Comard
Par ailleurs, quelques œuvres réalisées par Claude Monet entre 1870-1874 "montrent qu''Impression, soleil levant' est une œuvre rare dans son corpus de cette époque", souligne Marianne Mathieu, directrice adjointe du musée et co-commissaire de l'exposition.

Un soleil couchant ou un soleil levant ?
 
"Nous avons cherché à savoir ce que représentait ce tableau", savoir si on pouvait "donner une description précise de l'œuvre", s'il s'agissait d'un soleil levant ou d'un soleil couchant, explique-t-elle. En effet, quand Monet présente son tableau à la première exposition de la Société des artistes anonymes, le 15 avril 1874, il l'appelle "Impression, soleil levant". Mais la toile prendra le nom d'"Impression, soleil couchant" à d'autres moments.
 
Dans la brume d'où émergent quelques fumées et l'ombre d'un petit bateau, le faible soleil fait rougeoyer le ciel et l'eau peints à petites touches. Au centre on devine un chenal.
Eugène Boudin, Le Havre, voilier à quai, 1870-1874, collection particulière

Eugène Boudin, Le Havre, voilier à quai, 1870-1874, collection particulière

© Christian Baraja
 
Enquête sur le port du Havre

Le célèbre tableau est au centre de l'exposition, où sont présentés les résultats d'une enquête minutieuse sur le port du Havre, lieu où il a été peint. L'étude des horaires des marées et des heures de lever et de coucher du soleil ont permis d'établir le moment où l'œuvre a été réalisée, sans doute le 13 novembre 1872 à 7h35, ce qui corrobore la date inscrite par le peintre à côté de sa signature. Le point de vue du peintre au moment où il travaillait a été identifié.
 
Toute une série de vues du port du Havre accompagnent "Impression", peintes par Boudin ou Monet lui-même, photographiées notamment par Gustave Le Gray. Sous chacune, un plan du port indique les différents points de vue.
Claude Monet, "Le déjeuner", 1868, Städelsches Kunstinstitut und Städtische Galerie, Francfort-sur-le-Main

Claude Monet, "Le déjeuner", 1868, Städelsches Kunstinstitut und Städtische Galerie, Francfort-sur-le-Main

© U. Edelmann -Städel Museum / ARTOTHEK
 
En 1874, une exposition fondatrice
 
Claude Monet présente le tableau à la première exposition de la Société des artistes anonymes, le 15 avril 1874, dans l'ancien atelier du photographe Nadar. En 1897, Monet dira : "J'avais envoyé une chose faite au Havre, de ma fenêtre, du soleil dans la buée et au premier plan quelques mâts de navire pointant… On me demande le titre pour le catalogue, ça ne pouvait vraiment pas passer pour une vue du Havre ; je répondis : 'Mettez Impression'."
 
L'exposition de 1874 rassemble 29 artistes qui contestent les diktats du Salon officiel (Gustave Courbet, Auguste Renoir, Alfred Sisley, Camille Pissarro, Edgar Degas, Berthe Morisot, Eugène Boudin, Paul Cézanne…).
John Mallord William Turner, "Fumées et lumières bleues pour avertir les bateaux à vapeur des hauts fonds", 1840, The Sterling and Francine Clark Art Institute, Williamstown, Massachusetts, USA

John Mallord William Turner, "Fumées et lumières bleues pour avertir les bateaux à vapeur des hauts fonds", 1840, The Sterling and Francine Clark Art Institute, Williamstown, Massachusetts, USA

© Sterling and Francine Clark Art Institute, Williamstown, Massachusetts, USA, photo Michael Agee
 
"Impression", une toile qui longtemps a suscité peu d'intérêt
 
L'accueil de la critique est plutôt froid et le journaliste Louis Leroy du Charivari, faisant référence au tableau de Monet, appelle son article "Exposition des impressionnistes". Il n'est pas tendre mais donne quand même son nom au mouvement artistique. Deux autres tableaux de Monet présentés à l'exposition, "Le boulevard des Capucines" et "Le déjeuner", sont plus remarqués. Il faut dire que le peintre n'y a pas atteint la radicalité esthétique qui s'annonce dans "Impression".
 
"Impression, soleil levant" est acheté pour 800 francs en mai 1874 par le collectionneur Ernest Hoschedé. L'œuvre est revendue quatre ans plus tard pour 210 francs, ce qui montre l'indifférence qu'elle suscite à l'époque. Avant de devenir le symbole qu'elle est aujourd'hui, elle a donc connu une longue période de désintérêt.
Claude Monet, "Le Pont de l'Europe, Gare Saint-Lazare", 1877, Paris, musée Marmottan Monet, don Victorine et Eugène Donop de Monchy, 1940

Claude Monet, "Le Pont de l'Europe, Gare Saint-Lazare", 1877, Paris, musée Marmottan Monet, don Victorine et Eugène Donop de Monchy, 1940

© Musée Marmottan Monet / The Bridgeman Art Library, ancienne collection Georges de Bellio
 
Pour les expositions, on demande plutôt "La Gare Saint-Lazare"
 
Le nouveau propriétaire d'"Impression" est le docteur Georges de Bellio, qui le lègue à sa fille Victorine et à son gendre Eugène Donop de Monchy, qui en fait don au musée Marmottan en 1940.
 
Autre signe du peu d'intérêt qu'on porte à cette toile, quand ses propriétaires sont sollicités pour un prêt à une exposition, ce n'est généralement pas cette toile de Monet qu'on réclame mais plutôt "La Gare Saint-Lazare", et c'est Eugène Donop de Monchy qui doit insister pour prêter "Impression".                        
Claude Monet, "Soleil couchant sur la Seine, effet d'hiver", 1880, Paris, Petit Palais, musée des Beaux-Arts de la Ville de Paris

Claude Monet, "Soleil couchant sur la Seine, effet d'hiver", 1880, Paris, Petit Palais, musée des Beaux-Arts de la Ville de Paris

© Petit Palais / Roger-Viollet
 
Un "Soleil couchant sur la Seine" qui fait écho au "Soleil levant" sur le port du Havre
 
Le fait que le tableau soit "toujours moins recherché se voit dans les valeurs d'assurance", fait remarquer Marianne Mathieu. C'est seulement dans les années 1950 qu'il va devenir l'icône qu'on connait, grâce à une série d'expositions et d'ouvrages sur Monet et sur l'impressionnisme.
 
Après quelques toiles de Pissarro et Sisley, l'exposition se termine sur des toiles de Monet datant des années 1880, où son style annoncé dans "Impression" s'est complètement épanoui, comme ce grand "Soleil couchant sur la Seine" du Petit Palais qui semble faire écho au tableau de 1872

Impression, soleil levant, l'histoire vraie du chef-d'oeuvre de Claude Monet, Musée Marmottan Monet, 2 rue Louis-Boilly, 75016 Paris
tous les jours sauf le lundi, le 25 décembre, le 1er janvier et le 1er mai
du mardi au dimanche, 10h-18h, nocturne le jeudi jusqu'à 21h
tarifs : 11€ / 6,50€
du 18 septembre 2014 au 18 janvier 2015