Guggenheim contre Guggenheim : la justice déboute les descendants

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 23/09/2015 à 18H31
Sandro Rumney, petit-fils de Peggy Guggenheim, en compagnie de son avocat © Thomas Samson/AFP

La cour d'appel de Paris a débouté, mercredi, les descendants de Peggy Guggenheim (1898-1979) de leur action devant la justice française contre la Fondation Solomon Guggenheim, qui administre à Venise la collection de leur ancêtre.

La branche française de la famille reproche à la fondation américaine de ne pas respecter les volontés de Peggy Guggenheim, riche héritière excentrique et grande mécène, qui a installé sa collection d'art moderne dans un Palais vénitien après la Seconde Guerre mondiale.
 
Sandro Rumney, Nicolas Hélion et leurs enfants demandaient notamment la remise en état intégrale de la collection et du jardin et la suppression de toute mention relative à d'autres collectionneurs ajoutées ces dernières années en plusieurs endroits suite à des donations d'oeuvres.

Pour la seconde fois, la justice française ne leur donne pas gain de cause

Comme en première instance, la justice ne leur a pas donné gain de cause, et les a condamnés à verser à la fondation 30.000 euros pour les frais de justice.
 
Le litige portait sur la présentation des quelque 326 oeuvres léguées, ainsi que le palais vénitien qui les abrite sur le Grand Canal, par la richissime héritière à la fondation créée par son oncle.
 
Orpheline à 13 ans d'un père magnat de la métallurgie disparu sur le Titanic, elle était venue vivre à Paris dans les années 1920, fréquentant et achetant les oeuvres d'artistes d'avant-garde. Installée par la suite à Londres, New York puis Venise, elle n'avait jamais cessé de collectionner.