Grande rétrospective Nicolas de Staël à la Fondation Pierre Gianadda

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 25/08/2010 à 09H48
Grande rétrospective Nicolas de Staël à la Fondation Pierre Gianadda

Grande rétrospective Nicolas de Staël à la Fondation Pierre Gianadda

© Culturebox

C'est la seconde fois que la Fondation Pierre Gianadda consacre une exposition de cette ampleur au travail du peintre Nicolas de Staël. Jusqu'au 21 novembre 2010, l'institution Suisse a cette fois-ci décidé de concentrer ses choix sur une période très dense de la vie de l'artiste, de 1945 à 1955, à travers une centaine d'oeuvres prêtées pour la plupart par de grands musées internationaux.

Cette exposition montre toutes les imbrications entre  la vie de Nicolas de Stael et ses choix d'artiste. Au delà des matières et des couleurs propres à son travail, la grande diversité de formes et de thèmes abordés, des paysages de la Côte d'Azur, au foot en passant par le Jazz, reflète l'intensité d'une vie de contrastes, de périodes claires et d'autres très sombres.
Exilé de Russie vers la Pologne en 1917, orphelin dès l'âge de 5 ans mais très rapidement passionné de dessin, il vivra un nouveau drame avec le décès de sa première femme en 1946 alors que le couple vivait dans une très grande pauvreté.L'exposition de la Fondation Gianadda commence à ce moment-là, après la rencontre avec sa seconde épouse qui lui donnera trois enfants. Des années de bonheur et d'inspiration permanente sur le monde qui l'entoure, mais aussi de grands doutes, jusqu'au choix du suicide, en 1955.
Comme pour s'expliquer, il avait écrit à sa soeur " Dieu que c'est difficile la vie! il faut jouer toutes les notes, les jouer bien..."

A voir aussi sur Culturebox :
- Monet et l'abstraction au musée Marmottan Monet à Paris
- Traits Abstraits : 10 ans déjà
- Un festin avec Dali à Tournus