Fécamp : les anamorphoses impressionnistes de Bernard Pras

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 06/08/2013 à 11H01
Avec ses Anamorphoses impressionnistes, Bernard Pras recrée de célèbres toiles impressionsites à partir d'objets du quotidien. Une loupe assure la synthèse de l'ensemble.

Avec ses Anamorphoses impressionnistes, Bernard Pras recrée de célèbres toiles impressionsites à partir d'objets du quotidien. Une loupe assure la synthèse de l'ensemble.

© France 3 / Culturebox

En appliquant la technique de l’anamorphose à l’impressionisme, Bernard Pras réussit le mariage de deux contraires : l’impressionisme que l’on pouvait croire figé dans le temps et la notoriété reprend vie grâce à une technique qui met en scène des objets hétéroclites du quotidien.


Difficile de donner une définition simple de l'anamorphose mais l'on peut dire que c'est une oeuvre ou partie d'œuvre, graphique ou picturale, dont les formes sont distordues de telle manière qu'elle ne reprenne sa configuration véritable qu'en étant regardée soit, directement, sous un angle particulier (anamorphoses par allongement), soit, indirectement, dans un miroir cylindrique, conique, etc.

Reportage: Isabelle Ganne et Emmanuelle Darcel

De l’extérieur, on peut n’y voir qu’un étalage peu ordonné d’objets divers sans lien entre eux, ramassés ici et là, plutôt d’ailleurs sur une décharge que dans un magasin de luxe. Mais ce n’est que lorsque l’on regarde l’ensemble au travers d’une loupe que cet assemblage incohérent devient compréhensible et que les cuvettes en plastique, les vieux tissus ou morceaux de bois deviennent soudain le Pont japonais ou le 14 juillet de Monet ou la Baigneuse de Rembrandt . En tout, cinq reconstitutions d’oeuvres célèbres.

La loupe est essentielle à la perception d'une image anamorphique

La loupe est essentielle à la perception d'une image anamorphique

© France 3 / Culturebox
Au Palais Bénédictine de Fécamp (Seine-Maritime) ainsi qu'à Yport et Etretat tous les jours jusqu’au 22 septembre 2013