Fantin-Latour à Grenoble : l'installation d'une rétrospective exceptionnelle

Par @Culturebox
Mis à jour le 03/03/2017 à 15H16, publié le 03/03/2017 à 15H15
"L’atelier aux Batignolles", une des oeuvres majeures de Fantin-Latour prêtée par le Musée d'Orsay.

"L’atelier aux Batignolles", une des oeuvres majeures de Fantin-Latour prêtée par le Musée d'Orsay.

© France 3 Culturebox

C’est une rétrospective exceptionnelle qui se prépare en ce moment au Musée de Grenoble. A partir du 18 mars, le peintre Henri Fantin-Latour sera à l’honneur pendant 3 mois à travers une centaine d’oeuvres exposées qui retracent le parcours de l’artiste isérois. La plupart des tableaux, prêtés par le musée d’Orsay, sont en cours d’installation. Un moment toujours délicat mais très excitant !

Avant Grenoble, cette exposition, baptisée "Fantin-Latour – A fleur de peau" a été présentée à Paris, au Musée du Luxembourg où elle s’est achevée le 12 février dernier (voir l’article de Valérie Oddos). Henri Fantin –Latour étant Grenoblois de naissance (il y est né en 1836, il était normal que cette  rétrospective, la première depuis celle de 1982 dans les galeries nationales du Grand Palais, s’installe dans sa ville natale, du 18 mars au 18 juin 2017.
 
L'exposition retrace le parcours artistique d'Henri Fantin-Latour à travers une plus de 150 œuvres : une soixantaine de tableaux (nombre d’entre eux ont été prêtés par le musée d’Orsay), une trentaine de lithographies, dessins, études préparatoires mais aussi des photos. La présence de ces clichés  apporte un éclairage nouveau sur le travail de l’artiste.

"Ce qui est une vraie révélation dans cette exposition, c’est le Fantin à la fois collectionneur de photos et travaillant à partir de photos, plus particulièrement de nus féminins" explique Guy Tosatto Directeur du Musée de Grenoble et commissaire de l'exposition pour qui c’est une "exposition magnifique" qui se prépare.

Reportage lors de l'arrivée des tableaux : France 3 Languedoc-Roussillon - C. Agullo / V. Banabera / S. Vanni / V. Portela-Rosa
L’exposition se veut chronologique avec 4 grandes phases de la vie artistique de Fantin-Latour :  ses œuvres de jeunesse avec de nombreux autoportraits, des portraits de ses deux sœurs ; ses portraits de groupe notamment "L’atelier aux Batignolles", grande toile où l’on voit Manet dans son atelier entouré de jeunes artistes (Auguste Renoir, Otto Schölder, Emile Zola, Claude Monet, Frédéric Bazille...) ou encore "Coin de table" avec ces hommes de lettres qui fondèrent la revue littéraire d’avant-garde "La Renaissance littéraire et artistique" (parmi eux, Paul Verlaine, Arthur Rimbaud, Léon Valade...).
Henri Fantin-Latour, "Coin de table" (de gauche à droite : Paul Verlaine, Arthur Rimbaud, Elzéar Bonnier, Léon Valade, Emile Blémont, Jean Aicart, Ernest d'Hervilly, Camille Pelletan), 1872, Paris, musée d'Orsay

Henri Fantin-Latour, "Coin de table" (de gauche à droite : Paul Verlaine, Arthur Rimbaud, Elzéar Bonnier, Léon Valade, Emile Blémont, Jean Aicart, Ernest d'Hervilly, Camille Pelletan), 1872, Paris, musée d'Orsay

© Rmn-Grand Palais (musée d’Orsay) / Photo Hervé Lewandowski
Viennent ensuite ses somptueuses natures mortes de fleurs et pour terminer  ses œuvres "d'imagination" souvent inspirées par des sujets mythologiques. Elles représentent la partie la moins connue de l’œuvre de Fantin-Latour, qui tranche étonnamment avec l’austérité et le caractère très réaliste mais un peu figé de ses portraits de groupe.
 

Alerte résultats de la présidentielle 2017
M'alerter dès que les résultats seront publiés !