Du cubisme au sacré, Albert Gleizes au musée Fourvière de Lyon

Par @Culturebox
Mis à jour le 03/01/2017 à 22H06, publié le 03/01/2017 à 16H39
"Albert Gleizes :Du cubisme à la contemplation" exposition au musée d'art religieux de Lyon-Fourvière

"Albert Gleizes :Du cubisme à la contemplation" exposition au musée d'art religieux de Lyon-Fourvière

© France 3 / Culturebox

Le Musée d’art religieux de Fourvière présente jusqu'au 15 janvier 2017 l’exposition "Albert Gleizes : du cubisme à la contemplation". Le parcours met en valeur l’immense apport de Gleizes dans la peinture contemporaine et les innombrables traces qu’il a laissées, notamment à Lyon.

Co-inventeur du cubisme, Albert Gleizes (1881-1923) fut non seulement un peintre de renom, mais également un théoricien et un grand inspirateur pour la peinture moderne. Le musée d'art religieux de Fourvière à Lyon lui consacre une exposition où l'on découvre que la fin de sa carrière est fortement imprégnée du sacré. 

Reportage V. Benais / S. Adam / A. Jourdan / I. Murat

Du Cubisme au sacré

En 1911, Albert Gleizes signe avec tous ses amis de l'avant-garde le premier salon indépendant du cubisme en opposition à la peinture académique des salons de l'époque. "Je serais tenté de dire que c'est l'un des pères du cubisme. Avec Picasso, Braque, André Loth, Marcel Duchamp, les Delaunay et Jean Metzinger, il a construit le cubisme", souligne François Gauthier commissaire de l'exposition.
 
Très inspiré à ses débuts par l'oeuvre de Cezanne, Albert Gleizes développe dès 1920 les théories de la peinture cubiste.
Cubisme gleizes © France 3 / Culturebox

Cubisme lyrique

Philosophique ou picturale, toutes l'oeuvre de Gleizes est imprégnée de la passion pour le cubisme. En 1931 il adhère  au mouvement Abstraction-Création. Dans ses dernières années, l'artiste se tourne vers la peinture sacrée. Il illustre "Les Pensées" de Blaise Pascal et se convertit au catholicisme en 1941. "Son père était quasiment communiste mais il se tourne vers le christianisme pour trouver des réponses à ses attentes. Ainsi va naître l'école du cubisme lyrique", explique Bernard Berthod, conservateur du Musée de Fourvière. Plusieurs tableaux exposés évoquent des scènes religieuses dont le célèbre "Crucifixion". 

Crucifixion Gleizes © Collection Centre Pompidou, Dist. RMN – Droits réservés

Albert Gleizes et ses disciples

Artiste influent des années 30, Albert Gleizes provoque une certaine émulation picturale qui s'articule autour de la forme, de la lumière et du mouvement. Sa vie et son œuvre furent guidées par la volonté de transmission de l’art, pour le rendre accessible à tous. Dès les années 1930, Albert Gleizes et son épouse décident d'accueillir peintres, sculpteurs, musiciens ou encore écrivains au sein de leur maison située à Sablons en Isère.
Pietà, Paul REGNY, 1973, huile sur toile,

Pietà, Paul REGNY, 1973, huile sur toile,


Dès lors, la petite communauté d'artistes qui gravite autour d'Albert Gleizes se baptise du nom énigmatique de Moly-Sabata. Le lieu devient en quelque sorte une résidence d'artistes où la pensée et l'œuvre cubiste d'Albert Gleizes rayonnent. Des expositions et des conférences y sont organisées, la communauté des disciples de Gleizes grandit et la création est alors foisonnante. Des artistes lyonnais tels Paul Regny, Daniel Gloria, Andrée Le Coultre, Jean Chevalier ont été influencé par la passion de Gleizes.
Vierge sur un croissant de lune, Daniel GLORIA, gouache sur papier, 1953

Vierge sur un croissant de lune, Daniel GLORIA, gouache sur papier, 1953

© Musée de Fourvière / D. Gloria

Aujourd'hui, l'oeuvre du peintre est gérée par la fondation Albert Gleizes située 11, rue Berryer 75008 Paris.