Deux portraits de Vélasquez prêtés par le Prado au Musée Basque de Bayonne

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 30/05/2016 à 17H30
Accrochage d'un des tableaux de Velasquez au Musée Basque de Bayonne

Accrochage d'un des tableaux de Velasquez au Musée Basque de Bayonne

© France 3 / Culturebox

A l'affiche du Musée Basque de Bayonne "1660 - La Paix des Pyrénées. Politique et famille", une sélection de tableaux de tout premier plan évoquant les familles royales au moment de la signature de la Paix des Pyrénées au XVIIe siècle. Parmi les œuvres, une trentaine de tableaux prêtées par le musée du Prado, à Madrid, dont deux portraits de l'atelier de Vélasquez.

Organisée du 3 juin au 25 septembre 2016 au Musée Basque dans le cadre de l'opération "San Sebastien capitale européenne de la culture 2016" dont Bayonne est ville-partenaire, "Traité de Paix, le Génie de l'Art" se décline en deux expositions complémentaires autour des thèmes de la paix et de la guerre. La première " 1660 - La Paix des Pyrénées : politique et famille, l'Esprit de Velázquez" propose une série de tableaux, essentiellement des portraits des monarques français et espagnols du XVIIe siècle. L'exposition permet de réunir des portraits qui ne s'étaient jamais cotoyés auparavant. Parmi eux : un portrait de l'infante Marie Thérèse par Diego de Velázquez et le mariage de Louis XIV et Marie-Thérèse par Laumosnier. 150 œuvres au total, provenant des musées du Prado, du Louvre, de Versailles, d'Orléans, Pau, Le Mans, Chartres, Bibliothèque de France et bien d'autres... 

Reportage : D. Ttotte / C. Etchegaray / R. Violet

La guerre, la paix...

En 1660, le traité connu sous le nom de "la paix des Pyrénées" assurait un retour à une période pacifique entre la France et l'Espagne qui sortaient ainsi d'une guerre sanglante. Le Pays Basque, entre San Sebastien et Bayonne en devenait le vivant symbole. Un paix incarnée aussi par le mariage de Louis XIV avec l'infante Marie-Thérèse.

La seconde exposition de ce diptyque bayonnais, "1808 - Abdication de Bayonne : ornement et délit", évoque un autre moment de l'Histoire basque et complète cette évocation de la paix (et de son pendant, la guerre) dans l'histoire de l'art.