Des toiles du Musée d'Orsay célèbrent l'art de l'autoportrait à Nancy

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 02/06/2015 à 13H57
Les autoportraits du musée d'Orsay s'invitent au musée des Beaux-Arts de Nancy

Les autoportraits du musée d'Orsay s'invitent au musée des Beaux-Arts de Nancy

© PHOTOPQR/L'EST REPUBLICAIN

Van Gogh, Cézanne, Monet : plus de 40 autoportraits de la fin du XIXe siècle, issus des prestigieuses collections du musée d'Orsay, sont rassemblés jusqu'au 31 août 2015 au Musée des Beaux-Arts de Nancy, dans une exposition inédite, plus introspective que narcissique.

Le musée des Beaux-Arts de Nancy accueille jusqu'à la fin de l'été une exposition exceptionnelle d'une quarantaine d'autoportraits de grands maîtres de  l'impressionnisme, du symbolisme et du naturalisme. Prêtés par le musée d'Orsay, les tableaux illustrent l'évolution du genre au XIXe  et au tout début du XXe siècle.

Reportage : JP Peticolas et L. Monpiou 

De l'autoportrait au selfie

"De nos jours, on a tendance à penser que l’autoportrait, c’était le selfie d’hier.  Mais l’exercice n’était pas instantané, il supposait une vraie introspection", souligne Charles Villeneuve de Janti, le directeur du musée lorrain, qui accueille cette exposition.

Réalisées entre 1848 et 1914, les oeuvres - dont certaines très célèbres - sont présentées non pas dans l’ordre chronologique, mais par affinité de style.
Autoportrait Félix Vallotton (1865-1925) Paris, musée d'Orsay

Autoportrait Félix Vallotton (1865-1925) Paris, musée d'Orsay

© RMN-Grand Palais (musée d'Orsay) / cliché Hervé Lewandowski

Van Gogh, Courbet, Cezanne et les autres

Gauguin se représente avec, en arrière-plan, un de ses propres tableaux. Courbet, quant à lui, a la chemise tachée de sang au niveau du coeur, allégorie d’un chagrin d’amour. "C’est une oeuvre très personnelle, Courbet n’a jamais voulu s’en séparer de son vivant. D’ailleurs, beaucoup de ces tableaux ont été retrouvés dans les ateliers de leurs auteurs après leur mort", dit le directeur, qui a co-réalisé l’exposition.
L'Homme blessé autoportrait de Gustave Courbet(1834-1917) Paris, Musée d'Orsay

L'Homme blessé autoportrait de Gustave Courbet(1834-1917) Paris, Musée d'Orsay

© Musée d'Orsay, dist. RMN-Grand Palais / cliché Patrice Schmidt


Le vieillissement assumé

Certains artistes se sont représentés à différentes étapes de leur vie, laissant voir ainsi non seulement leur vieillissement, mais aussi l’évolution de leur art. Le jeune Degas qui se représente à une vingtaine d'années fait apparaître aussi "Tous les doutes du jeune artiste qui s'interroge sur son talent et sur sa possibilité de faire une grande carrière", analyse Xavier Rey, conservateur et directeur des collections du musée d'Orsay. 
Portrait de l'artiste Camille Pissarro (1830-1903) Paris, musée d'Orsay

Portrait de l'artiste Camille Pissarro (1830-1903) Paris, musée d'Orsay

© RMN-Grand Palais (musée d'Orsay) / cliché Hervé Lewandowski

Les tableaux ont été prêtés par le musée d’Orsay "dans le cadre de sa politique de présentation de ses collections sur l’ensemble du territoire", expliquent les organisateurs.

L’an prochain, l’exposition sera présentée au musée des Beaux-Arts de Quimper, qui l’a co-organisée. Mais elle ne sera pas présentée sous cette forme au musée d’Orsay, où les oeuvres retrouveront ensuite leur place habituelle. 

« Autoportraits du Musée d’Orsay » au Musée des Beaux-Arts de Nancy
Place Stanislas, Nancy.
Tous les jours sauf le mardi, jusqu’au 31 août, de 10h à 18h.
Tarif : 6 € / réduit 4 € / gratuit pour les moins de 12 ans