Des Picasso volés par un consultant à la belle-fille du peintre ?

Par @valerieoddos Journaliste, responsable de la rubrique Expositions de Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 13/05/2015 à 15H45
Catherine Hutin-Blay, la fille de Jacqueline Roque, deuxième épouse de Picasso

Catherine Hutin-Blay, la fille de Jacqueline Roque, deuxième épouse de Picasso

© Lionel Cironneau/AP/SIPA

Une enquête a été ouverte et un consultant en art placé en garde à vue après le dépôt d'une plainte de la belle-fille de Picasso s'inquiétant de la possible disparition de tableaux du maître qui lui appartiennent, a-t-on appris mercredi de source judiciaire.

Fille de Jacqueline Roque, seconde épouse de Pablo Picasso, Catherine Hutin-Blay a porté plainte en mars après avoir constaté que certaines de ses toiles apparaissaient sur le marché, selon cette source qui confirme une information du quotidien britannique "The Telegraph".
              
Certaines figuraient également sur des clichés de la collection de l'homme d'affaires russe Dmitry Rybolovlev, résident monégasque et président du club de football de l'AS Monaco.
              
Ces tableaux ayant été confiés au marchand d'art Olivier Thomas pour être transportés puis entreposés en région parisienne, Catherine Hutin-Blay s'interroge sur le rôle qu'a pu jouer ce consultant en art dans leur disparition.              

Une information pour vol, recel et escroquerie 

Saisi de la plainte, le parquet de Paris a ouvert, le 23 mars, une information judiciaire des chefs de "vol", "recel de vol" et "escroquerie", a-t-on appris de source judiciaire.
              
Dans le cadre de l'enquête, Olivier Thomas a été interpellé lundi et placé en garde à vue dans les locaux de la brigade de répression du banditisme (BRB) de la police judiciaire de Paris, a appris l'AFP de sources concordantes.
              
Il s'y trouvait toujours mercredi matin, selon une source policière. A l'issue de sa garde à vue, il pourrait être déféré devant un juge en vue d'une éventuelle mise en examen ou relâché sans poursuites.              

Des tableaux repérés sur des photos 

Les policiers ont également perquisitionné lundi le siège de la société de transport et de conservation d'oeuvres Art Transit International, à Paris.
              
"Nous attendons beaucoup de l'instruction et des opérations qui sont en train d'être menées pour connaître la vérité", a commenté l'avocate de Catherine  Hutin-Blay, Anne-Sophie Nardon.
              
La belle-fille de Picasso avait notamment repéré des tableaux lui appartenant sur des clichés publiés dans des articles de presse relatant le contentieux entre Dmitry Rybolovlev et l'homme d'affaires genevois Yves Bouvier. 
              

Une escroquerie à la commission   

Le premier reproche au second de lui avoir menti sur le prix d'acquisition de plusieurs tableaux, de manière à percevoir au passage une commission très supérieure aux 2% officiellement déclarés.
              
Fin février, Yves Bouvier a été mis en examen pour "escroquerie" dans ce dossier.
              
Olivier Thomas a remplacé, fin avril, Yves Bouvier à la présidence du conseil d'administration du port franc de Luxembourg, une structure qui permet le transit et le stockage d'oeuvres d'art sans s'acquitter des droits de douane ou de la TVA.