Décès de Martin Sharp, le graphiste de Dylan et Hendrix

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 02/12/2013 à 09H07
La pochette de Disraeli Gears de Cream, dessinée par Martin Sharp (détail)

La pochette de Disraeli Gears de Cream, dessinée par Martin Sharp (détail)

© -

L’artiste australien Martin Sharp, cofondateur du magazine underground Oz et auteur de nombreuses pochettes de disques pour Cream, Bob Dylan ou Jimi Hendrix, est mort dimanche à l’âge de 71 ans.

Le décès du graphiste psychédélique, qui souffrait d'emphysème, a été confirmé par son ami Garry Shead au journal Sydney Morning Herald.
 
Passé par la National Art School de Sydney, Martin Sharp fonde avec Richard Neville et Richard Walsh le magazine Oz dont le numéro zéro sort le 1er avril 1963.
 
Le trio est immédiatement poursuivi par la censure en raison du contenu satirique et licencieux du magazine. Une couverture de 1964 montre Neville et deux comparses urinant sur une oeuvre murale du sculpteur australien Tom Bass, qualifiée par ses profanateurs "d'urinoir en bronze".
Jimi Hendrix par Martin Sharp (1971)

Jimi Hendrix par Martin Sharp (1971)

© -
 
Un des graphistes les plus doués de sa génération
Condamné à la prison ferme mais relaxé en appel en 1966 sous la pression populaire, Sharp s'installe à Londres où Oz maintient sa ligne corrosive contre les conservatismes culturel, intellectuel et politique.
 
Mais l'Australien restera surtout célèbre pour être un des graphistes les plus doués de sa génération.
Affiche du graphiste Martin Sharp pour Bob Dylan

Affiche du graphiste Martin Sharp pour Bob Dylan

© -
 
Sous l'influence proclamée de Van Gogh, il produit des pochettes hallucinées pour les grands noms du rock hippie, dont Donovan, Dylan, Hendrix et Cream, le groupe d'Eric Clapton, détournant volontiers les canons de l'académisme pictural. La Joconde ("Aimez-moi, je suis laide") se voit affublée d'un joint de cannabis et la voûte de la chapelle Sixtine augmentée de fleurs champêtres...
 
Sharp, qui co-écrivait aussi pour Cream, était retourné vivre à Sydney dans  les années 1970. Il y avait fondé la Yellow House, un lieu alternatif où une communauté d'artistes exposait ses oeuvres.