Candido Portinari au Grand Palais : un monument de l'art brésilien à Paris

Par @valerieoddos Journaliste, responsable de la rubrique Expositions de Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 15/05/2014 à 17H14
Candido Portinari, détail de la peinture murale "Guerre" : Femmes qui ne veulent pas voir

Candido Portinari, détail de la peinture murale "Guerre" : Femmes qui ne veulent pas voir

© DR

Le Grand Palais expose pendant un mois le diptyque monumental "Guerre" et "Paix" peint pour l'assemblée générale des Nations Unies à la fin des années 1950 par Candido Portinari, considéré à son époque comme le plus grand peintre du Brésil. Après restauration, l'œuvre est exposée pour la première fois en Europe, à Paris, avec des études préparatoires (jusqu'au 9 juin 2014)

"Guerre et Paix" est la dernière œuvre monumentale de Candido Portinari (1903-1962). Elle lui a été commandée par le gouvernement brésilien pour être offerte à l'Onu et a été installée à New York en 1957.
 
Il s'agit de deux panneaux de 14 mètres de haut et 10 mètres de large, évoquant les souffrances de la guerre et les joies de la paix.
Candido Portinari, détail de la peinture murale "Paix", Choeur d'enfants

Candido Portinari, détail de la peinture murale "Paix", Choeur d'enfants

© -
 
Une formation des églises de campagne aux galeries du Louvre
Né au début du XXe siècle sur une plantation de café de l'Etat de São Paulo, dans une famille de douze enfants, Candido Portinari ne va pas longtemps à l'école mais il se passionne pour la peinture quand un groupe itinérant d'artistes italiens qui décorent les églises des petites villes de campagne s'arrêtent près de chez lui. Il a alors 15 ans et les aide avec enthousiasme. Deux ans plus tard, il étudie en auditeur libre à l'Ecole nationale des Beaux-arts de Rio.
 
A la fin des années 1920, il a voyagé en Europe, de l'Angleterre à l'Italie en passant par Paris où il visite assidument le Louvre. Il admire à la fois les maîtres italiens comme Piero della Francesca et Picasso.
 
Les préoccupations sociales et politiques, ainsi que la volonté de créer une peinture spécifiquement brésilienne, sont au centre de l'œuvre de cet artiste qui a été candidat du Parti communiste au Sénat et a dû s'exiler en Uruguay en 1947 quand le gouvernement d'Eurico Dutra persécutait les communistes. A cette époque, il est interdit d'entrée aux Etats-Unis.
Candido Portinari, détail de la peinture murale "Paix", La danse des femmes et les enfants qui jouent

Candido Portinari, détail de la peinture murale "Paix", La danse des femmes et les enfants qui jouent

© -
 
Le peuple brésilien au cœur de l'œuvre de Portinari
Candido Portinari a réalisé quelque 5000 toiles où il veut peindre la vie, l'âme et le peuple brésiliens, le dur labeur des plantations ("Café" ou "Mestiço"), les héros nationaux ("Tiradentes", du nom du combattant pour l'indépendance), les déplacés de l'intérieur, misérables, à la recherche d'un travail ("Os Despejados").
 
Loué par Louis Aragon ou Jorge Amado, Portinari sera en 1958 le seul artiste d'Amérique Latine invité à l'exposition "54 ans d'art moderne" à Bruxelles et, dans ce cadre, son tableau "Enterro na rede" (enterrement dans un hamac) sera choisi pour figurer parmi les 100 chefs-d'œuvre du siècle.
Candido Portinari peignant "Guerre" dans le hangar de TV Tupi, 1955

Candido Portinari peignant "Guerre" dans le hangar de TV Tupi, 1955

© -
 
Un travail dédié à l'humanité
Alors qu'on lui a commandé "Guerre et Paix", les médecins lui ordonnent d'arrêter de peindre quelque temps, en raison d'une grave intoxication aux métaux lourds contenus dans certaines couleurs. "On m'interdit de vivre", proteste-t-il.
 
Il travaille malgré tout d'arrache-pied au projet pendant quatre ans. "'Guerre' et 'Paix' représentent sans doute le meilleur travail que j'aie fait, je les dédie à l'humanité", dit-il à l'agence Reuters en 1957.
 
Dans ces grands panneaux au lyrisme coloré, il représente la paix à travers des enfants sur des balançoires, faisant le poirier, une ronde, un chœur. Tout le monde chante et danse.
"Guerre" et "Paix" de Portinari exposé à São Paulo (mai 2012)

"Guerre" et "Paix" de Portinari exposé à São Paulo (mai 2012)

© Yasuyoshi Chiba / AFP
 
A côté des chants et des danses, les souffrances du peuple
Pour la guerre, il choisit de ne pas représenter les combats mais les souffrances infligées au peuple, autour des Quatre Cavaliers de l'Apocalypse. Au premier plan, une meute de fauves montre les dents. Des femmes portent leur enfant mort, d'autres lèvent les bras en geste d'imploration.
 
A côté du diptyque impressionnant, au centre de l'exposition du Grand Palais, sont exposées des études préparatoires, dessins et nombreuses toiles dont les cadrages et les couleurs dramatisent le sujet, comme ce mort montré les pieds en avant où une femme agenouillée dont l'enfant mort est maigre et vert.
 
Les couleurs de "Paix" s'étaient décolorées et l'ensemble avait besoin d'être rafraîchi. Après une campagne de restauration, réalisée par un atelier ouvert qui a accueilli des enfants et des groupes de visiteurs, l'œuvre voyage avant de retrouver sa place à New York.
 
Guerre et Paix, de Portinari, Un chef-d'œuvre brésilien pour l'Onu, Grand Palais, Salon d'honneur, avenue du Général Einsenhower, Entrée Champs-Elysées, Paris 8e
Tous les jours sauf le mardi, 10h-20h
Nocturne le mercredi jusqu'à 22h
Entrée gratuite
Du 7 mai au 9 juin 2014