Besançon prête "La déploration sur le Christ mort" de Bronzino à Florence

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 07/09/2016 à 14H49
"La Déploration sur le Christ mort" a été peinte entre 1540 et 1545 par Bronzino. 

"La Déploration sur le Christ mort" a été peinte entre 1540 et 1545 par Bronzino. 

© capture d'écran France 3 / Culturebox

"La Déploration sur le Christ mort", une des œuvres phare du Musée des Beaux-Arts de Besançon partira pour Florence au printemps 2017. Un retour aux sources pour ce tableau peint il y a 472 ans par Agnolo Bronzino. La toile sera exposée au musée du Palazzo Strozzi.

La bonne surprise est arrivée au printemps, dans une lettre venue toute droit d’Italie. Une demande de prêt de "La Déploration sur le Christ mort", effectuée par la ville de Florence au maire de Besançon. La toile peinte entre 1540 et 1545, par Bronzino, maitre du courant maniériste, est l’une des œuvres majeures du musée des Beaux-Arts de la capitale du Doubs.

Envoyer le tableau en Italie représente une grande fierté reconnait Jean-Louis Fousseret, le maire de Besançon : "Que le maire d’une des capitales culturelles du monde me demande de lui prêter une œuvre qui sera l’œuvre majeure d’une grande exposition consacré au Bronzino en septembre 2017, c’est du bonheur et de la reconnaissance pour la ville de la qualité de ses collections".

Un retour aux sources

Si le tableau d’Agnolo Bronzino est resté accroché plus de trois siècles dans la chapelle des Carmes de Besançon, il n’a pas toujours été en France. En effet, la toile aurait été offerte par le duc Cosme 1er de Médicis, à Nicolas Perrenot de Granvelle, le garde des Sceaux de Charles Quint. Cette piéta du 16ème siècle peinte sur bois a vu le jour à Florence, à la suite d’une commande pour la chapelle d’Eléonore de Tolède au Palazzo Vecchio.

Reportage : T. Chauffour / L. Brocard / A. Enault / A. Humbert / M. Blanc

Pourtant, depuis son arrivée en France en 1545, l’œuvre n’est jamais sortie de France. La ville de Besançon garde fièrement "La Déploration sur le Christ mort", l’une des plus belles déplorations peintes à cette époque, comme le souligne Lionel Estavoyer, chargé de mission patrimoine à Besançon. "Ce tableau a une autre particularité : ses tonalités de bleu. C’est un tableau princier donc très cher à faire. Tout ce bleu provient du lapis-lazuli d’Afghanistan, une matière qui coutait une véritable fortune". Un bleu qui a d’ailleurs subi des dégradations suite à une fuite d’eau dans le musée en 2002. Après cinq années de recherche et de restauration, le tableau a été sauvé et a retrouvé ses couleurs originelles.

Une chance unique

Le Bronzino rejoindra le musée du Palazzo Strozzi, à l’occasion d’une grande exposition sur les grandes œuvres de la seconde moitié du 16ème siècle. En échange, le maire de Besançon espère que la ville de Florence saura se montrer généreuse. "Il y a là-bas des œuvres absolument majeures, majestueuses, comme les peintures ou les vases. Il y aura peut-être une discussion entre le maire de Florence et le maire de Besançon. J’imagine que le maire de Florence aura une oreille attentive à mes demandes", confie-t-il. Ces échanges représenteraient une occasion unique pour la grande exposition de réouverture du musée des Beaux-Arts de Besançon en 2018.

"La Déploration sur le Christ mort" de Bronzino fera son retour en France au printemps 2018, à la fin de l’exposition du musée Palazzo Strozzi de Florence.