Basquiat de son vivant

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 02/11/2010 à 11H57
Basquiat de son vivant

Basquiat de son vivant

© Culturebox

Yvon Lambert se souvient de Basquiat. Il l'a exposé de son vivant. Un jeune homme torturé par les injustices, le racisme et la vie. Une vie qu'il a eu trop courte et souvent excessive. Jean-Michel Basquiat est mort d'une overdose à l'âge de 27 ans. Une carrière courte mais qui marquera l'art contemporain. La rétrospective au Musée d'art moderne de la ville de Paris lui rend un formidable hommage jusqu'au 30 janvier 2011. 

Basquiat aurait eu cinquante ans cette année. Cette rétrospective sonne donc comme un hommage à un artiste surdoué mort trop jeune, qui laisse néanmoins derrière lui une oeuvre immense.  L'exposition Basquiat au musée d'art moderne de la ville de Paris est sans aucun doute la plus importante rétrospective consacrée au peintre new-yorkais de l'underground. Déjà présenté à la Fondation Beyeler à Bâle en Suisse, le public parisien va pouvoir découvrir l'influence de ce jeune homme sur les mouvements artistiques. Son univers mélange les mythologies sacrées du vaudou et de la Bible en même temps que la bande dessinée, la publicité et les médias. Avec les héros afro-américains de la musique et de la boxe, Basquiat chercha à affirmer sa négritude. Son nom reste associé à celui d'Andy Warhol. Le roi du Pop art lui ouvrira les portes du monde de l'art. Lorsque les deux hommes se rencontrent en 1977, Basquiat vend  des cartes postales peintes à la main. Andy Warhol lui en achète trois et le fait entrer dans le monde de l'art. A partir de 1984, il réalise des peintures en commun avec Warhol qui devient en quelque sorte son tuteur. Très affecté par le décès de Warhol en 1987, Basquiat mourra le 12 août 1988 d'une overdose. Une exposition commune "Basquiat - Warhol" pourrait être une suite intéressante à cette histoire qui a uni les deux artistes.

A voir aussi sur Culturebox :
- Tamra Davis a présenté son documentaire Basquiat The radiant child au festival du Cinéma Américain de Deauville 2010
- The graffiti summer in Rignac, l'art de la rue s'expose au musée (septembre 2010)