Artemisia Gentileschi, une femme peintre dans l'Italie du XVIIe siècle

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 20/03/2012 à 17H11
Artemisia Gentileschi, Danaë, c.1612

Artemisia Gentileschi, Danaë, c.1612

© Saint Louis, The Saint Louis Art Museum

Première femme peintre à part entière, Artemisia Gentileschi est une figure romanesque. Après le scandale de son viol par un ami de son père, elle a su conquérir une liberté qui lui a permis de mener une véritable carrière d’artiste. Le Musée Maillol à Paris lui consacre une exposition qui révèle son talent. Jusqu’au 15 juillet 2012

Artemisia Gentileschi est née en 1593. Elle est la fille aînée d’Orazio Gentileschi, un des plus grands peintres de la Rome baroque et proche du Caravage. Elle a sans doute appris la peinture dès son plus jeune âge dans l’atelier de son père. En 1610, elle a 17 ans, Artemisia signe sa première œuvre autonome, une « Suzanne et les vieillards ». "Son père l'a sans doute peinte avec elle mais a laissé sa fille signer pour lancer sa carrière", estime Francesco Salinas, co-commissaire de l’exposition.

Quelques mois plus tard, la jeune fille est violée par un collaborateur de son père, le peintre Agostino Tassi. Ils auraient eu une relation pendant plusieurs mois, le peintre promettant de l’épouser pour sauver son honneur. Mais Tassi est déjà marié et Orazio Gentileschi le dénonce. Un procès s’ensuit, particulièrement pénible pour la jeune peintre. Il dure sept mois et le scandale affecte sa réputation, même si son violeur est condamné aux galères.

Artemisia Gentileschi, Judith et Holopherne, 1612, Naples, Museo Nazionale di Capodimonte

Artemisia Gentileschi, Judith et Holopherne, 1612, Naples, Museo Nazionale di Capodimonte

© Fototeca Soprintendenza per il PSAE e per il Polo museale della città di Napoli

Une femme libre
La situation d’Artemisia est inédite dans l’Italie de l’époque. Une femme est mineure à vie, dépendant forcément d’un père ou d’un époux. Elle ne peut pas signer un contrat, toucher un paiement sans la garantie d’un tuteur. Elle ne peut pas voyager seule. Et pour figurer sur la liste des salariés du Grand duc de Toscane, elle doit être mariée avec un homme qui exerce la même profession qu’elle.

Selon Alexandra Lapierre, qui a écrit une biographie romancée, « Artemisia » (Editions Robert Laffont), c’est pour cette raison que son père la marie dès la fin de l’année 1612 à un de ses assistants, un « peintre médiocre ». En tout cas, Pierantonio Stiattesi la laissera exercer son art en toute liberté.

Le couple quittre très vite Rome pour Florence et c’est là que vient la reconnaissance. Artemisia travaille pour les Médicis et réussit à s’inscrire à l’Académie du dessin de la capitale toscane, un exploit inédit pour une femme.

Elle peint des nus, œuvres osées pour l’époque, qu’on cache derrière un rideau. Elle prend sans doute pour modèle son propre corps, dont elle observe le reflet dans un miroir. Elle se peint d’ailleurs souvent elle-même, on reconnaît ses traits dans de nombreuses toiles.

Artemisia Gentileschi, Bethsabée au bain, c.1640-45, Collection particulière

Artemisia Gentileschi, Bethsabée au bain, c.1640-45, Collection particulière

© Photo Courtesy Sotheby's, Milano

Artemisia, peintre d'héroïnes
Artemisia représente essentiellement des figures féminines. « Cet univers au féminin devient son cheval de bataille. C’est comme ça qu’elle crée son mythe », explique Francesco Salinas.

Ces figures sont souvent des héroïnes, des femmes fortes, comme Cléopâtre qui se suicide, Suzanne, ou Judith qui décapite Holopherne. On a parfois voulu voir dans la violence de ses sujets (le sang coule abondamment dans ses œuvres) des allusions à son passé.

Artemisia revient en 1620 à Rome. On se bouscule pour se faire peindre par elle et le succès se confirme. La peintre a un amant, un noble florentin. Le Musée Maillol expose des lettres autographes qu’elle lui envoyait et qui ont été découvertes récemment. Après Rome, elle se rend à Venise, à Naples et même à Londres.
Artemisia est très douée, elle est capable de s’adapter à différents styles. Après le naturalisme caravagesque de ses années romaines, sa peinture s’éclaire et s’allège à Florence avant de virer au clair-obscur en vogue à Naples.

Artemisia Gentileschi, Autoportrait au luth, c.1615-1619

Artemisia Gentileschi, Autoportrait au luth, c.1615-1619

© Curtis Galleries, Minneapolis, Minnesota

Un personnage de roman
Elle passe la fin de sa vie à Naples, où elle dirige un grand atelier. Puis elle tombera dans l’oubli. « Elle était inconnue parce que, au XVIIIe siècle, tous ces peintres étaient oubliés. On ne voulait plus de cette peinture réaliste », remarque Francesco Solinas.

L’artiste est revenue au jour au XXe siècle, et son personnage, romanesque à souhait, a inspiré auteurs et cinéastes. La biographie romancée « Artemisia » d’Alexandra Lapierre (1998) est rééditée aux éditions Pocket. Et le film « Artemisia » d’Agnès Merlet (1997) avec Michel Serrault et Valentina Cervi ressort sur les écrans à l’occasion de l’exposition.

Artemisia, 1593-1654, Pouvoir, gloire et passions d'une femme peintre, Musée Maillol, 59-61 rue de Grenelle, 75007 Paris
Tous les jours de 10h30 à 19h, nocturne le vendredi jusqu'à 21h30
Tarifs: 11€ / 9€
jusqu'au 15 juillet 20012