Allemagne : un tableau offert à Elizabeth II suscite une controverse

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 26/06/2015 à 20H38
La reine Elizabeth II d'Angleterre découvre le tableau de l'artiste allemande Nicole Leidenfrost que lui présente le président allemand Joachim Gauck, à Berlin (24 juin 2015)

La reine Elizabeth II d'Angleterre découvre le tableau de l'artiste allemande Nicole Leidenfrost que lui présente le président allemand Joachim Gauck, à Berlin (24 juin 2015)

© Jesco Denzel / BPA / AFP

Un tableau offert à la reine d'Angleterre Elizabeth II durant sa visite en Allemagne a suscité vendredi un débat dans les médias allemands et britanniques après avoir provoqué l'étonnement de la souveraine.

Le tableau, tiré d'une photo originale prise en 1935, représente Elizabeth enfant sur un poney bleu. Le père de la future reine, qui deviendra à partir de 1936 le roi George VI, se tient à côté de l'animal.

L'œuvre, réalisée par l'artiste allemande Nicole Leidenfrost et baptisée "Cheval en bleu royal", a été offerte mercredi par le président Joachim Gauck à Elizabeth, 89 ans, en visite cette semaine en Allemagne avec son époux, le prince Philipp, 94 ans.

"C'est censé être mon père ?"

Une vidéo officielle, reprise par de nombreux sites allemands et britanniques, montre la surprise de la souveraine lorsqu'elle découvre le tableau. "C'est une étrange couleur pour un cheval", lance Elizabeth, visage figé, avant d'ajouter : "Et c'est censé être mon père ?"

"Tu ne l'a pas reconnu ?", l'interroge son époux, le prince Philip, tout sourire. "Non", répond Elizabeth.

Le président Gauck désigne alors des cadeaux disposés sur une table et dit à Elizabeth : "Si vous n'aimez pas, il y a de la pâte d'amande !"

La réaction de la reine face au tableau qui lui est offert...

Les médias s'amusent du scepticisme de la reine

Les journaux britanniques n'ont pas manqué de relever l'embarras de la souveraine, le quotidien The Guardian jugeant "clair (...) que la reine n'appréciait guère" le tableau. Dans le Daily Telegraph, un critique d'art se demande même s'il ne relevait "simplement d'un kitsch grotesque".

De son côté, le journal allemand Tagesspiegel a pris la défense de la peintre allemande, insistant sur sa "liberté artistique". "Vraisemblablement, (en Angleterre), les chevaux sont seulement noirs, bruns ou blancs (...) Peut-être, la reine aime-t-elle le réalisme photographique ?", ironise le quotidien.

La peintre défend son travail

Interrogée par la Frankfurter Allgemeine Zeitung (FAZ), Nicole Leidenfrost a défendu son travail : "Il s'agit de s'amuser ! Je ne fais pas de l'art ennuyeux à mourir", a-t-elle fait valoir, se disant persuadée que la reine avait "apprécié" le tableau. Elizabeth "a ri et elle était contente. C'était mon but", a ajouté la peintre à la Süddeutsche Zeitung.