87 artistes voyagent "Cent Papiers" à Echirolles

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 09/02/2016 à 14H53
"Cent papiers", la nouvelle exposition du musée Géo-Charles d'Echirolles explore le papier à travers cent oeuvres réalisées par 87 artistes

"Cent papiers", la nouvelle exposition du musée Géo-Charles d'Echirolles explore le papier à travers cent oeuvres réalisées par 87 artistes

© France 3 / Culturebox

Le musée Géo-Charles d’Échirolles, près de Grenoble invite le visiteur à un voyage au coeur de "Cent papiers". 87 artistes contemporains ont exploré le papier à travers ses diverses utilisations et les messages qu'il véhicule. Matériau protéiforme, du numérique à l'identité, le papier est dans tous ses états jusqu'au 24 avril 2016.

L'exposition "Cent Papiers" du  Musée Géo-Charles réunit cent oeuvres réalisée par 87 artistes issues de collections publiques et privées du XXe et XXIe siècle et de collections d'artistes.

Le musée d'Echirolles propose une déambulation dans une sorte de cabinet de curiosités où le papier se dévoile sous des formes plurielles.

Cent Papiers ou Sans Papiers

S'appuyant sur le double sens de son titre, la nouvelle exposition du musée Géo-Charles incite le visiteur à se poser des questions d'actualité récurrentes. Pour les organisateurs, le papier est aussi symbole de fragilité, de théorie face à la pratique. Il est enjeu politique quand il désigne l'absence d'identité. L'exposition croise un certain nombre de questionnements et de problématiques très fortes, tel que le passage au numérique.

"Cette dématérialisation pose la question des personnes qui ont besoin de ces papiers en terme de droits fondamentaux", explique Jacqueline Madrennes, Adjointe culture et éducation à Echirolles

Reportage :N. Dancot / I. Colbrant / N.  Rapuc-Mulac 

Le papier toute une histoire de l'art

Cette présentation illustre la place du papier dans nos pratiques quotidiennes. Toute l'histoire de l'art est une histoire de la matière. Le papier en fait partie. C'est un enjeu en soi dans l'histoire de l'art du XXe, les cubistes les premiers ouvrent les horizons avec le collage. Par ses caractéristiques esthétiques, le papier participe entièrement à l’oeuvre.  
Frédérique Lucien, Feuille , collages, Courtesy galerie Réjane Louin, Locquirec

Frédérique Lucien, Feuille , collages, Courtesy galerie Réjane Louin, Locquirec

© Courtesy galerie Réjane Louin, Locquirec

Crayon, pastel, fusain, lavis et aquarelle laissent le support visible, mais le papier devient très vite matériau à part entière. Il sera déchiré, plié, froissé, découpé, perforé, lacéré et lavé. 

Le lieu de l'intime

Carnet, petits mots laissés sur une table, livre dédicacé, dessin au crayon ou au fusain le papier se livre aussi dans son intimité. "L'idée de 'Cent Papiers' c'était de prendre le contre-point d'expositions spectaculaires et de livrer ce rapport à l'intime", explique Elisabeth Chambon, la conservatrice du musée Géo-Charles. Matériau dit "pauvre", il est riche en qualités.
Papier intime

© France 3 / Culturebox

Espace de narration et de fiction

Les artistes invités par le musée Géo-Charles se sont tous prêtés au jeu du "papier narration". Surface d'écriture et de lecture, le papier se plie, se découpe et laisse l'artiste raconter une histoire. Car comme le souligne la conservatrice du musée. "Le papier est aussi support d'écriture et l'oeuvre devient un espace de narration et de fiction".
 

Toutes les oeuvres accrochées aux cimaises du musée Géo-Charles invitent à redécouvrir le papier dans toutes ses formes

Toutes les oeuvres accrochées aux cimaises du musée Géo-Charles invitent à redécouvrir le papier dans toutes ses formes

© France 3 / Culturebox

L'origine du papier

Papier vient du latin "papyrus" il sert à écrire, à imprimer, à envelopper. Son histoire remonte à l'antiquité. Le porteur d'un message le plus ancien connu à ce jour date de l'an 8 avant J-C et a été trouvé en Chine.