Le président de la Commission européenne aux prises avec le droit d'auteur

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 23/09/2014 à 16H33
Jean-Claude Junker, président de la Commission européenne

Jean-Claude Junker, président de la Commission européenne

© JOHN THYS / AFP

Le droit d'auteur est au centre d'une polémique entre le tout nouveau président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker et les Coalitions européennes pour la diversité culturelle (CEDC), qui regroupent des organisations professionnelles appartenant à tous les domaines de la culture.

Les professionnels demandent une protection de la diversité culturelle

Les CEDC affirment avoir été "surprises du ton véhément, voire violent employé (par M. Juncker) dans la lettre de mission" au Commissaire au numérique. Selon lui, il faut faire "un meilleur usage des opportunités offertes par les technologies digitales qui ne connaissent aucune frontière". "Pour ce faire, nous devrons casser les cloisonnements nationaux en matière de régulation télécoms, de droit d'auteur et protection des données".

Les Coalitions européennes demandent "des éclaircissements et des garanties sur l'avenir de la culture" en Europe à la nouvelle Commission européenne. Elles en attendent des "engagements fermes et ambitieux" sur des points clés comme "le respect et la mise en oeuvre de la convenvion de l'Unesco sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles", "la sauvegarde de l'exception culturelle dans le cadre des négociations commerciales engagées par l'UE", ou la modernisation "du financement de la création, la fiscalité culturelle et la réglementation audiovisuelle pour tenir compte du numérique et y intégrer les géants de l'internet".

La France n'est plus seule à demander une rupture avec la politique précédente 

Les professionnels de la culture entendent "rompre avec les pratiques de la (précédente NDR) Commission Barroso" (...) afin de laisser les Etats développer librement leurs politiques de soutien à la diversité culturelle".

En 2013, la France, soutenue par d'autres pays européens, avait mené avec succès, au titre de l'exception culturelle, le combat à Bruxelles obtenant l'exclusion par les ministres du Commerce européens du secteur audiovisuel du mandat de négociations commerciales avec les Etats-Unis.

Dans un autre communiqué publié à Paris, les cinéastes de l'Arp s'interrogent sur le fait de voir "tout un pan de la culture désormais logé sous la houlette du commissaire allemand en charge du Numérique".