Shopping en Europe: Londres en tête, Paris en 4e position

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 18/11/2011 à 15H06
Londres, 2011, devant un des magasins Harrods

Londres, 2011, devant un des magasins Harrods

© AFP

Londres arrive en tête des villes d'Europe les plus attractives pour le shopping de la clientèle touristique, devant Madrid, Barcelone et Paris, selon une étude publiée le 16 novembre par The Economist Intelligence Unit (EIU).

Sur 33 grandes villes d'Europe, la capitale britannique rafle la mise grâce surtout à l'étendue de son offre de marques internationales et du nombre de ses magasins, doublé de ses célèbres marchés. Cette offre permet de compenser son mauvais classement sur le plan des prix (28e) et de la commodité (19e). L'étude, financée par Global Blue, spécialiste de la détaxe diversifié dans les services aux touristes, a classé les villes selon cinq grands critères : l'étendue et la qualité de l'offre des magasins, la commodité (langues parlées, étendue des horaires d'ouverture, sécurité), le niveau général des prix (pas seulement celui des produits), les hôtels et transports, ainsi que la culture (arts, spectacles, cuisine) et le climat.   

Pour Arjen Kruger, vice-président de Global Blue, ce classement devrait permettre aux voyageurs de choisir leurs destinations en fonction de leurs priorités.

Au lieu d'un trio de tête formé par Londres-Paris-Milan, qui dominent l'industrie européenne de la mode, ce sont Barcelone et Madrid qui arrivent en deuxième position ex-aequo, devant Paris, tandis que Milan (11e) se fait distancer par Rome (5e). Les deux villes espagnoles se démarquent surtout grâce à leurs prix moins élevés qu'à Londres ou Paris, tandis que Milan souffre d'un mauvais score dans l'offre hôtelière, les transports et les niveaux de prix. A l'inverse, Rome apparaît à la 5e place, juste derrière Paris, grâce à ses prix, sa culture et son climat ainsi qu'à une offre de marques qui n'est pas si éloignée de celle de Milan.

Paris talonne Londres pour son offre et arrive en tête pour la culture et le climat mais souffre d'un moins bon positionnement sur les prix, les hôtels et les transports.

Paris, le quartier des grands magasins

Paris, le quartier des grands magasins

© AFP

Par ailleurs la dynamique de certaines villes d'Europe orientale comme Prague (9e) ou Istanbul (13e) semble offrir de belles perspectives. "Ces deux villes ont un très fort potentiel, surtout si elles étendent leur offre de produits, elles pourraient devenir de sérieux concurrents", estime Arjen Kruger. La capitale économique turque en plein développement arrive très largement en tête pour son côté pratique, grâce notamment à ses très grandes amplitudes d'ouverture de magasins mais a encore des progrès à faire dans l'offre de marques. Les villes les moins chères se trouvent à l'Est (Sofia, Bratislava et Bucarest) mais elles pâtissent d'une offre encore extrêmement limitée. Genève, dernière du classement, est pénalisée par ses niveaux de prix, ses horaires d'ouverture mais aussi par la faiblesse de son offre.

Le shopping des touristes internationaux constitue un des grands moteurs de croissance de l'industrie du luxe
Défiant la crise, les grands noms du secteur que sont LVMH (Louis Vuitton, Givenchy, Céline) PPR, (Gucci) Hermès ou Richemont â (Cartier, Jaeger LeCoultre, Van Cleef & Arpels), ont tous vu leurs ventes exploser au troisième trimestre, notamment grâce aux flux touristiques des pays émergents. "Les clients de ces pays constituent le principal moteur du shopping  international et cela va continuer", estime Arjen Kruger. Pour cette clientèle, le shopping constitue le principal attrait du voyage, devant le tourisme.