Salon "L'aiguille en fête": soyez créatif !

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 10/02/2012 à 17H19
Tricot

Tricot

© Aiguille en fête

Le salon international des loisirs textiles rassemble, autour de 250 exposants venus du monde entier, des piqués de couture, tricot, patchwork, crochet, broderie et dentelle… Aujourd'hui, 66% des femmes de plus de 18 ans pratiquent des travaux d’aiguille et 29% des hommes. Plus qu'un effet de mode, ils sont de plus en plus nombreux à être accros à la soie, au coton, à la laine et aux tissus. Air du temps, effet boomerang de la crise, regain du cocooning ou folie du “c’est moi qui l’ai fait”… rendez-vous ce week-end au salon L'Aiguille en fête.

Participer au championnat de France de vitesse de tricot « Speed Knitting »
Depuis 2006, le salon organise une compétition calée sur le règlement en vigueur dans les autres pays du monde. Trois minutes pour tricoter au point mousse sur 60 mailles montées avec des aiguilles n°4. La championne de l'édition 2011, Colette Cauchy, avait remporté le Speed Knitting avec 235 mailles en 3 minutes !

Tester les spécialités japonaises: le Furoshiki et les Amigurumis
Au pays du Soleil Levant, l'art du fil s'exprime notamment à travers le furoshiki ou l'art d'emballer les choses et de les transporter en pliant des carrés en tissu tandis que les amigurumis, figurines au crochet, deviennent des marionnettes grenouilles entre les mains de l'artiste Chiribu.

Tricot

Tricot

© L'aiguille en Fête

Rendez-vous au bar à couture
Quel que soit votre niveau ou votre envie de vous installer face à une machine à coudre, vous testerez vos talents de couturière ou de couturier. Installé à ce bar, on vous servira un apprentissage rapide. Assisté d’une couturière, vous réaliserez en moins de 20 minutes une création textile à remporter chez vous.

Voyager aux pays des écoles étrangères et françaises
"C'est une multitude de savoir-faire qui composent une +worldculture+ des métiers d'art du textile où se mêlent traditions ancestrales, matières innovantes et nouvelles technologies, avec des spécificités régionales fortes", explique Jean-Charles Durand, commissaire du salon "L'aiguille en fête"."Ces métiers d'art liés à la haute couture sont rarement enseignés autrement que de maître à élève en France, contrairement à l'Angleterre où cet enseignement est très vivace", dit Vanessa Machenaud Dousset, créatrice du salon.

Les écoles étrangères sont nombreuses cette année: les Royal School of Needlework et Manchester metropolitan University (Grande-Bretagne), l’école Hallein Mode Schule (Autriche), l’Art Future Design de Saint Pétersbourg (Russie), l’Académie Fine Arts de Bruxelles (Belgique), l’Ecole de broderie Nui Dô (Japon). La France propose, entre autres, l’Ecole de la Maille de Paris, l’école de broderie d’Art Pascal Jaouen à Quimper, le Centre d’Enseignement de la dentelle du Puy en Velay, l’École Duperré à Paris, le Lycée de la Source à Nogent-sur-Marne.

Mains de Françoise Tellier- Loumagne

Mains de Françoise Tellier- Loumagne

© Mains de Françoise Tellier- Loumagne

66% des femmes de plus de 18 ans pratiquent des travaux d’aiguille et 29% des hommes
Les arts du fil passionnent selon un sondage CSA-L'Aiguille en Fête. Si l’on considère les femmes pratiquant des travaux d’aiguilles, 65% s’adonnent à la couture, 53% au tricot, 42% à broder, 32% à crocheter, 22% à tapisser et 9% à faire du patchwork… 62% des brodeuses font également de la couture et 52% des couturières tricotent. Elles consacrent à ce loisir en moyenne 3h45 par semaine (45% lui consacrent 7 heures par semaine, 24%, 8 heures par mois et 29% quelques 40 heures par an). Pour ce qui est de l’apprentissage, la transmission passe par le cercle familial même si une part non négligeable est autodidacte : 62 % déclarent avoir appris avec leur mère… Ces travaux d’aiguille sont à vocation familiale : 80% pour eux-même, 44% pour les enfants.
Salon L'aiguille en fête, jusqu'au 12 février 2012 à la Grande Halle de La Villette. Tarif: 12 euros.