Diaporama 9 photos
Par Corinne Jeammet @Culturebox

"Paul Smith Notes": la découverte d'un créateur-photographe

Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 24/10/2011 à 13H26
  • Paul Smith, le photographe
    01 /09
    Paul Smith, le photographe
    Pour illustrer ce livre, le premier où le designer explique de A à Z qui il est, d’où il vient et ce qui le fait avancer, un choix parmi des dizaines de milliers d’images de sa production personnelle a été fait.
    © Paul Smith
  • A for Art. Cadres et tableaux dans son bureau de Londres
    02 /09
    A for Art. Cadres et tableaux dans son bureau de Londres
    " Je ne suis pas d’accord quand on parle de mon travail comme d’un art, il serait plus juste de parler de créativité : c’est ça qui est au centre de ce que je fais. L’idée en elle-même, mais aussi la communication de cette idée, sa réalisation, l’esprit de l’entreprise sont créatifs".
    © Paul Smith
  • C for collector. Une collection de boutons
    03 /09
    C for collector. Une collection de boutons
    Je ne suis pas un collectionneur ; j’accumule juste une grande quantité d’une même chose. Dans mon esprit, un collectionneur est quelqu’un qui peut vous expliquer pendant des heures que cette lampe qui date de 1890 a été conçue par tel designer obscur et qu’il n’en existe que huit exemplaires au monde".
    © Paul Smith
  • C for collector. Une collection de compteurs
    04 /09
    C for collector. Une collection de compteurs
    "Je suis fasciné par les individus qui fabriquent des objets : quel est le processus, comment l’idée leur est-elle venue, comment l’ont-ils réalisée ? À partir des milliers d’objets entreposés dans mon bureau de Londres, une idée peut naître et me donner l’inspiration d’une collection".
    © Paul Smith
  • L for London. Une collection de tasses
    05 /09
    L for London. Une collection de tasses
    "Le processus de fabrication m’intéresse autant que l’inspiration. Dans les années 1980, quand l’art conceptuel était très en vogue, je me disais : « So what ? » Pour moi, le talent, le bonheur, c’est de rendre l’idée réelle. Ça, c’est génial. Avoir des idées, c’est tellement facile''
    © Paul Smith
  • D for Dyslexie
    06 /09
    D for Dyslexie
    D for Dyslexie © Paul Smith
  • I for Ive (Jonathan). Photo faîte au Japon.
    07 /09
    I for Ive (Jonathan). Photo faîte au Japon.
    I for Ive (Jonathan). Photo faîte au Japon. © Paul Smith
  • R comme Rabbits
    08 /09
    R comme Rabbits
    "En 1982, un ami m’a expliqué que le lapin est un animal porte-bonheur – ce qui est totalement faux. Pour prolonger la blague, j’en ai fait fabriquer quelques-uns (en céramique, en porcelaine, en métal) et je les ai mis en vente dans les boutiques. Ces lapins ont eu un succès dingue... J’ai dû freiner cet « élevage » qui menaçait de nous envahir".
    © Paul Smith
  • La couverture du livre Paul Smith Notes
    09 /09
    La couverture du livre Paul Smith Notes
    La couverture du livre Paul Smith Notes © Paul Smith

Dans l'ouvrage Paul Smith Notes (Arte Editions/Editions de La Martinière), le créateur anglais, personnalité atypique du monde de la mode, très influencé par l'imagerie du rock et de la pop culture, se raconte pour la première fois depuis ses débuts. Voici des images prises par Paul Smith lors de ses voyages, quand il chine ou il se déplace pour ses RDV.
 

Ce designer facétieux se voyait cycliste professionnel, c’est aujourd’hui un designer célèbre. Un type normal ? Pas tout à fait. Sir Paul Smith est anglais ! Donc, à nos yeux, forcément excentrique explique Olivier Wicker qui a recueilli les propos du créateur lors de la réalisation de ce livre. Certes dans ses boutiques, il vend des costumes très chic, des petits robots en métal et des lapins en porcelaine et dans son bureau londonien s'entassent des milliers de livres, une collection de robots et des vélos roses. Mais Paul Smith est un créatif qui a les pieds sur terre et un appareil photo autour du cou. À des dizaines de photos prises au gré de ses voyages, il ajoute des dossiers de Post-It gribouillés. Ses mots, ses images, ses intuitions sont ensuite mis en forme dans ses ateliers par ses collaborateurs, avant de devenir des vêtements.
 

Curieux de tout, le designer mitraille sans cesse
Cet autodidacte mitraille avec son appareil photo des bâtiments, des fleurs, des visages, des plats japonais, des situations incongrues. "Pour illustrer ce livre, nous avons ensemble fait un choix parmi des dizaines de milliers d’images de sa production personnelle. Il a fait se rassembler les images et les mots dans un ordre qui n’appartient qu’à lui... son oeil observe le monde par un prisme extra-large, et il est capable en même temps de zoomer sur un détail minuscule. Cela s’appelle la poésie de l’instant" explique Olivier Wicker.