Metri d'arte: rencontre entre un éditeur de tissus et 3 artistes

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 13/02/2012 à 17H48
  • Trois tissus de la collection Metri d'Arte
  • Stefano Arienti, collection "Recadrage de nature"
  • Stefano Arienti, collection "Trames" (carrés colorés)
  • Massimo Caccia, collection "Contre‐courant"
  • Massimo Cassia: collection "Assaut à la lune"
  • Maggie Cardelús: collection "Variation sur Archive"
  • Elena Miroglio et le bureau de style
  • Collection Metri d'Arte
Précédent Suivant
Précédent Suivant
  • Trois tissus de la collection Metri d'Arte
    Trois tissus de la collection Metri d'Arte © Enzo Isaia
  • Stefano Arienti, collection "Recadrage de nature"
    Stefano Arienti, collection "Recadrage de nature" © Enzo Isaia
  • Stefano Arienti, collection "Trames" (carrés colorés)
    Stefano Arienti, collection "Trames" (carrés colorés) © Enzo Isaia
  • Massimo Caccia, collection "Contre‐courant"
    Massimo Caccia, collection "Contre‐courant" © Enzo Isaia
  • Massimo Cassia: collection "Assaut à la lune"
    Massimo Cassia: collection "Assaut à la lune" © Enzo Isaia
  • Maggie Cardelús: collection "Variation sur Archive"
    Maggie Cardelús: collection "Variation sur Archive" © Enzo Isaia
  • Elena Miroglio et le bureau de style
    Elena Miroglio et le bureau de style © Enzo Isaia
  • Collection Metri d'Arte
    Collection Metri d'Arte © Collection Metri d'Arte

La collection de tissus Metri d’arte est le fruit d'une collaboration entre trois artistes internationaux -Stefano Arienti, Massimo Caccia et Maggie Cardelús- et l'entreprise italienne Miroglio Textile. Ces 6 collections printemps-été 2013 (2 collections par artistes) ont été pensées, inventées et réalisées comme des oeuvres d’art.

Pour la première fois, ce projet porte l’art au coeur d’une entreprise de tradition industrielle. Fondée en 1947 et présente dans 36 pays, Miroglio Textile a voulu -pour répondre à un marché de plus en plus complexe- explorer de nouvelles frontières de créativité en faisant se rencontrer art et industrie. Ce projet, laboratoires d'idées, a comme point de départ la thématique du « rêve » qui utilise ainsi la mode pour transmettre des émotions.

Stefano Arienti: entre rigueur et liberté
« Je pars, en effet, d'objets simples que je transforme, des objets qui m’interpellent, des objets porteurs d’images qui font partie de la culture visuelle de notre époque et qui peuvent être transformés en une vision plus personnelle. En tant qu’artiste, je pratique un travail de réinterprétation, de transformation pour trouver une voie personnelle à l’intérieur de l’imaginaire contemporain » explique le créateur italien. " L’idée a été de travailler avec une grille pour construire un dessin ou réinterpréter un dessin déjà existant. Dans la collection Trames, la tension entre le système rigide de la grille et la liberté de la couleur a permis de créer des motifs originaux et très colorés". La 2e collection s'intitule Recadrage de nature (photographies recadrées).

Massimo Caccia: un rêve presque atteint
Outre son intérêt pour la peinture, il prend des objets communs et les transforme en animaux. Il commence par dessiner ses animaux sur des serviettes, puis il puise son inspiration dans des films ou des documentaires. Koalas, lucioles, poissons, girafes... sont les personnages de ses oeuvres, fixés dans l’instant décisif d’une action dont l’issue est imprévisible. Ironie, imagination, tension, songe, couleur sont les éléments distinctifs des deux collections où s'illustrent 2 personnages : un escargot qui monte dangereusement sur un fil vertical pour arriver jusqu’à la Lune (collection Assaut à la lune) et un poisson qui nage à contre‐courant (collection Contre‐courant).

Elena Miroglio et le bureau de style

Elena Miroglio et le bureau de style

© Enzo Isaia

Maggie Cardelús: le tissu comme sculpture
« Au centre de mes travaux, il y a des traces de mon histoire personnelle, des photographies et des images qui appartiennent à ma famille. À travers différents procédés artistiques, je rentre en relation avec ces souvenirs ». explique l'artiste. C’est cette démarche qui a été à la base du travail réalisé avec les designers du bureaux de style afin élaborer 2 collections: Variation sur l’archive Miroglio n°5239 & Variation sur l’archive Miroglio n°16622. "C’est un tissu qui raconte une histoire, celle des relations humaines dans une entreprise. J’espére que cette histoire sera comprise par la personne qui portera ce tissu » a-t-elle indiqué.

Une collection, à découvrir au salon Première Vision
La collection Metri d’arte est présentée au salon Première Vision (1er salon mondial des tissus d'habillement qui se tient du 14 au 16 février 2012 au Parc d'Expositions Paris Nord Villepinte. Ouvert au public avec réservation du Pass avant l'ouverture du salon). Un livre, édité pour l’occasion, présente la genèse et le développement du projet.