Ma "Vogue Fashion Night Out" en 5 coups de coeur

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 07/09/2012 à 18H36
  • Yann Sciberras met la dernière touche à la fresque Hugo Boss
  • Yann Sciberras vient de débuter sa fresque chez Hugo Boss
  • Fresque signée Yann Sciberras pour Hugo Boss
  • Photo extraite de l'ouvrage Pleats Please d'Issey Miyake projetée sur écran
  • Photo extraite de l'ouvrage Pleats Please d'Issey Miyake projetée sur écran
  • Photo extraite de l'ouvrage Pleats Please d'Issey Miyake projetée sur écran
  • Mini rétro consacrée à la créatrice japonaise Hanae Mori chez Haviland
  • Mini rétro consacrée à la créatrice japonaise Hanae Mori chez Haviland
  • Mini rétro consacrée à la créatrice japonaise Hanae Mori chez Haviland
  • Performance créatrive et sportive chez le joaillier Patrice Fabre
  • Dans les mains de Fanny, la corde à sauter pavée de diamants du joaillier Patrice Fabre
  • Les vitrines Alain Figaret
Précédent Suivant
Précédent Suivant
  • Yann Sciberras met la dernière touche à la fresque Hugo Boss
    Yann Sciberras met la dernière touche à la fresque Hugo Boss © DR
  • Yann Sciberras vient de débuter sa fresque chez Hugo Boss
    Yann Sciberras vient de débuter sa fresque chez Hugo Boss © Corinne Jeammet
  • Fresque signée Yann Sciberras pour Hugo Boss
    Fresque signée Yann Sciberras pour Hugo Boss © DR
  • Photo extraite de l'ouvrage Pleats Please d'Issey Miyake projetée sur écran
    Photo extraite de l'ouvrage Pleats Please d'Issey Miyake projetée sur écran © Corinne Jeammet
  • Photo extraite de l'ouvrage Pleats Please d'Issey Miyake projetée sur écran
    Photo extraite de l'ouvrage Pleats Please d'Issey Miyake projetée sur écran © Corinne Jeammet
  • Photo extraite de l'ouvrage Pleats Please d'Issey Miyake projetée sur écran
    Photo extraite de l'ouvrage Pleats Please d'Issey Miyake projetée sur écran © Corinne Jeammet
  • Mini rétro consacrée à la créatrice japonaise Hanae Mori chez Haviland
    Mini rétro consacrée à la créatrice japonaise Hanae Mori chez Haviland © Corinne Jeammet
  • Mini rétro consacrée à la créatrice japonaise Hanae Mori chez Haviland
    Mini rétro consacrée à la créatrice japonaise Hanae Mori chez Haviland © Corinne Jeammet
  • Mini rétro consacrée à la créatrice japonaise Hanae Mori chez Haviland
    Mini rétro consacrée à la créatrice japonaise Hanae Mori chez Haviland © Corinne Jeammet
  • Performance créatrive et sportive chez le joaillier Patrice Fabre
    Performance créatrive et sportive chez le joaillier Patrice Fabre © Corinne Jeammet
  • Dans les mains de Fanny, la corde à sauter pavée de diamants du joaillier Patrice Fabre
    Dans les mains de Fanny, la corde à sauter pavée de diamants du joaillier Patrice Fabre © Corinne Jeammet
  • Les vitrines Alain Figaret
    Les vitrines Alain Figaret © DR

6 septembre, 18H. Top départ de la 4e édition parisienne de cet événement mode incontournable, installé, cette année, dans le quartier de l’Elysée et de la Madeleine. Grave dilemme : comment en 4 heures, dénicher parmi les 132 maisons de luxe qui y participent des animations qui vont me séduire ? Voici mes 5 coups de coeur lors de cette soirée marathon !

Coup de pinceau de Yann Sciberras chez Hugo Boss
Je décide de me rendre chez Hugo Boss, qui soutient l’Art contemporain, grâce notamment au Prix Hugo Boss en partenariat avec la fondation Guggenheim. Après les vitrines réalisées par Angéline Melin du Flaqship store des Champs Elysée, la boutique Saint Honoré accueille l’artiste français, Yann Sciberras. Il va réaliser une fresque en live en reprenant les codes de la maison. Issu de la culture punk et rock, son travail pictural fait preuve de spontanéité, d'humour et d'autodérision. Il est influencé par le mouvement de la figuration libre et du bad painting. Il combine les formes, les mots version « in english ». Son art s'exprime par un flux de signes, d'images, de mots, d'avertissements sans s'imposer comme d'honneur de leçon mais en témoin de notre société contemporaine. J’assiste aux premiers coups de pinceaux de Yann Sciberras sur la toile… qui explique sa démarche ainsi : "Aujourd'hui où tout est fugace, où le pérenne se mesure en nombre d'heures, où tout devient périssable et jetable, où même les guerres sont éclaires, j'essaye de fixer par ce que d'aucuns peuvent appeler des graffitis, des mots ou des slogans, les émotions et ma perception intime de ce qui m'entoure". 4 heures plus tard, cette fresque colorée est terminée.

Le Pleats Please d'Issey Miyake n'a plus de secret pour moi
Puisque je suis dans une thématique couleur, pourquoi n’irais-je pas voir la maison Issey Miyake qui lance un ouvrage consacré à Pleats Please. La maison japonaise a lancé ses premières collections Pleats Please en 1993. L’originalité de cette ligne est dans le processus de fabrication innovant : les habits réalisés à partir d’une seule pièce de tissu 100% polyester, sont d’abord coupés et cousus deux fois et demi plus grands qu’ils ne le seront une fois terminés, puis les pièces sont passées à la main dans une presse à chaud, le vêtement en ressort avec des plis permaments. Pour la 1ère fois, l’histoire du tissu plissé est racontée dans cet ouvrage édité par Taschen. Désormais, j’en sais un peu plus sur le procédé mais en plus j’ai vu de sublimes images du livre projetées dans la boutique.

Photo extraite de l'ouvrage Pleats Please d'Issey Miyake projetée sur écran

Photo extraite de l'ouvrage Pleats Please d'Issey Miyake projetée sur écran

© Corinne Jeammet
 

Mini rétro souvenir consacrée à Hanae Mori chez Haviland
Je poursuis mon périple au Japon, rien qu’en traversant la rue Royale, pour me rendre chez Haviland qui s'associe avec la styliste japonaise Hanae Mori. Souvenirs, souvenirs, le dernier défilé haute couture de la styliste auquel j’ai assisté, c’était en juillet 2003. Depuis, la créatrice a cessé les défilés. Elle a fait partie dès 1977 du cénacle des couturiers parisiens, en devenant la première Japonaise membre de la Chambre syndicale de la haute couture. De son enfance, elle a conservé la double influence des traditions et de l’ouverture sur le monde. Elle a aussi gardé en elle la fraîcheur et la légèreté des papillons qui volaient nombreux dans la campagne. Ils sont devenus son emblème. Cette exposition succincte était l’occasion d’admirer -une fois encore- les plus belles robes de la créatrice.

Mini rétro consacrée à la créatrice japonaise Hanae Mori chez Haviland

Mini rétro consacrée à la créatrice japonaise Hanae Mori chez Haviland

© Corinne Jeammet
 

Faire du sport, oui mais avec une corde à sauter en diamants noirs signée Patrice Fabre
La veille, j’ai été à la présentation des collections de Noël d’une agence de presse, qui participe à la VFNO. L’occasion d’apprendre que le joaillier contemporain Patrice Fabre allait y organiser une performance, à ne pas rater. Et la performance était au rendez-vous, aussi bien créatrice que sportive. Ici le luxe -et rien d’autre- est à l'honneur. En effet, il a réalisé une pièce unique, décalée et audacieuse : une corde à sauter parée de diamants noirs. Une pièce qui a demandé de longs mois de travail et qui a été terminée la veille de la VFNO m'explique l'attaché de presse. Le temps passé, le savoir-faire et les matières exceptionnelles utilisées, en font un véritable objet de luxe. Elle a été réalisée en diamants noirs, avec des poignées en argent massif gravées de 2 initiales serties en diamants blanc.

Dans les mains de Fanny, la corde à sauter pavée de diamants du joaillier Patrice Fabre

Dans les mains de Fanny, la corde à sauter pavée de diamants du joaillier Patrice Fabre

© Corinne Jeammet
 

Création originale dans les vitrines d'Alain Figaret
Le temps passe si vite que je n’aurais pas le temps d’en voir plus, en passant devant les vitrines d’Alain Figaret. Je m’arrête le temps de voir la
création originale, qui y est exposée : la transformation d’un chemisier en crêpe de soie rayé... en robe couture et tendance. Une nouvelle façon d'aborder la mode…! 

Les vitrines Alain Figaret

Les vitrines Alain Figaret

© DR