Les bijoux Cardissa, du coeur de l'océan au coeur de Paris

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 29/08/2012 à 15H50
  • La créatrice Céline Rauwel devant le kiosque des Ateliers de Paris au Palais Royal
  • Le coquillage Cardissa dans son élément naturel, l'eau
  • Céline Rauwel devant le kiosque du Palais Royel
  • Les bijoux Cardissa installés dans le kiosque des Ateliers de Paris
  • Coeur d or Cardissa, face arrière
  • Coeur d or Cardissa face avant
  • Le Cardissa
  • Céline Rauwel replante les pousses de palétuviers avec la population locale
Précédent Suivant
Précédent Suivant
  • La créatrice Céline Rauwel devant le kiosque des Ateliers de Paris au Palais Royal
    La créatrice Céline Rauwel devant le kiosque des Ateliers de Paris au Palais Royal © Corinne Jeammet
  • Le coquillage Cardissa dans son élément naturel, l'eau
    Le coquillage Cardissa dans son élément naturel, l'eau © Cardissa
  • Céline Rauwel devant le kiosque du Palais Royel
    Céline Rauwel devant le kiosque du Palais Royel © Corinne Jeammet
  • Les bijoux Cardissa installés dans le kiosque des Ateliers de Paris
    Les bijoux Cardissa installés dans le kiosque des Ateliers de Paris © Corinne Jeammet
  • Coeur d or Cardissa, face arrière
    Coeur d or Cardissa, face arrière © Cardissa
  • Coeur d or Cardissa face avant
    Coeur d or Cardissa face avant © Cardissa
  • Le Cardissa
    Le Cardissa © Cardissa
  • Céline Rauwel replante les pousses de palétuviers avec la population locale
    Céline Rauwel replante les pousses de palétuviers avec la population locale © Cardissa

Les Ateliers de Paris donnent carte blanche à la créatrice Céline Rauwel et à ses coeurs Cardissa. Dans le cadre de la promotion des métiers de création, ils ont sélectionné, pour cette première expérience insolite, un nouveau mode d'exposition : un kiosque éphémère parisien. Ici, point de journaux mais des bijoux et surtout la possibilité de rencontrer, en direct, les artistes créateurs.

C’est au fond des profondeurs des mers du Sud que Céline Rauwel a découvert le Coeur Cardissa. Sa rencontre avec le Corculum Cardissa, un bivalve naturellement en forme de cœur, a eu lieu dans les eaux bleues du Pacifique, il y a presque 3 ans. Tombée sous le charme de ce coquillage, la créatrice imagine le mythe de Cardissa : une déesse dont le cœur est immortalisé en coquillage par Aphrodite afin de rester à jamais auprès de son bien aimé, le dieu des Océans, Poséidon.

Deux ans plus tard, début 2011, la jeune femme met au point son propre procédé de fabrication et commercialise ses bijoux, dans un premier temps, en France puis à l'étranger. Unique au monde, ces pièces délicates en dentelle de nacre plongent au coeur d'un univers océanique romantique. Les nuances de forme, de galbe, de transparence et de couleurs font de chaque cœur, une pièce unique. Cette première collection s’appelle Chamade.

Une création qui se veut responsable
La démarche créative de Céline Rauwel est aussi engagée dans le respect de la mer, de la terre et des hommes. Visant une action de développement durable, Cardissa replante la mangrove en Asie en collaboration avec le Coastal Coast Education Foundation. Et dans le cadre de ce programme de sensibilisation de la population locale à l'exploitation pérenne des fonds marins, 1 bijou acheté = 1 palétuvier replanté.

Céline Rauwel replante les pousses de palétuviers avec la population locale

Céline Rauwel replante les pousses de palétuviers avec la population locale

© Cardissa
 

Cardissa favorise l’utilisation de métaux responsables en utilisant de plus en plus les métaux issus d’un processus de récupération et de recyclage ou extrait en conformité avec la charte environnementale Alliance for Responsible Mining. Certains bijoux sont en argent, non rhodié, afin d’éviter les traitements chimiques. La couleur de chaque cœur est naturelle.

Un travail qui se veut également solidaire puisque Cardissa confie certaines tâches à des ateliers de réinsertion sociale et travaille avec des entreprises du patrimoine vivant Fabrication Française. Ainsi, la collecte et le nettoyage des coquillages sont effectués sur place. En effet, elle s’approvisionne le plus possible directement dans les villages de pêcheurs afin d’assurer un revenu équitable aux pêcheurs et à leur famille. Puis Céline Rauwel réalise tout à la main dans son atelier parisien : "C'est un travail délicat. La difficulté réside dans la légèreté et la finesse du coeur très fragile. Il est difficile à travailler. J'effectue un travail de collage, puis je dois le rendre plus solide grâce à une résine" précise-t'elle.

Actuellement, un programme de recherche sur l'espèce en vue d'acquaculture est en cours.

Céline Rauwel (à gauche) et Adeline Dupont (à droite) devant le kiosque du Palais Royal

Céline Rauwel (à gauche) et Adeline Dupont (à droite) devant le kiosque du Palais Royal

© Corinne Jeammet
 

Kiosque situé place du Palais Royal face au Conseil d’Etat devant le Louvre des Antiquaires. De 13h à 19 heures tous les jours jusqu'au 9 septembre. Pour cette première expérience les Ateliers de Paris ont donné carte blanche à deux créatrices de bijoux, qui se partagent ce kiosque éphémère : Céline Rauwel pour Cardissa et Adeline Dupont pour Les Alluvions.