Le week-end des belles montres à Paris

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 24/11/2011 à 11H57
  • Modèle Savonette à répétition minutes de Jaeger Le Coultre
  • Modèles Chanel, J12, exposés dans un cube-écrin dédié à l'univers féminin
  • Modèle Cartier, tourbillon, exposé dans un cube-écrin dédié à l'univers féminin
  • Modèle Bulgari, serpent, exposé dans un cube-écrin dédié à l'univers féminin
Précédent Suivant
Précédent Suivant
  • Modèle Savonette à répétition minutes de Jaeger Le Coultre
    Modèle Savonette à répétition minutes de Jaeger Le Coultre © Jaeger LeCoultre
  • Modèles Chanel, J12, exposés dans un cube-écrin dédié à l'univers féminin
    Modèles Chanel, J12, exposés dans un cube-écrin dédié à l'univers féminin © Corinne Jeammet
  • Modèle Cartier, tourbillon, exposé dans un cube-écrin dédié à l'univers féminin
    Modèle Cartier, tourbillon, exposé dans un cube-écrin dédié à l'univers féminin © Corinne Jeammet
  • Modèle Bulgari, serpent, exposé dans un cube-écrin dédié à l'univers féminin
    Modèle Bulgari, serpent, exposé dans un cube-écrin dédié à l'univers féminin © Corinne Jeammet

Le marché de la montre de collection s’est considérablement développé ces dernières années. Certes, les collectionneurs sont les premiers concernés par la prochaine vente Jaeger-LeCoultre du 29 novembre mais le salon Belles Montres du 25 au 27 novembre offre tant aux néophytes qu’au public l’opportunité de découvrir un domaine réservé et d'élargir ses connaissances.

« Ouvrir l’univers horloger à la pointe de la haute technologie au plus grand nombre, rassembler dans un même lieu grandes marques et plus petites souvent inconnues en France, faire aimer et comprendre ce qu’est la belle horlogerie » voilà ce que souhaitait Alain Faust en 2007 en créant ce salon qui accueille aujourd'hui 50 marques horlogères internationales.

Un nouvel espace dédié aux femmes
« Si nous avons décidé cette année pour la première fois, de faire un focus sur les montres de haute joaillerie, c’est parce que les femmes, depuis quelques années, se sont prises elles aussi d’un vrai engouement pour la belle mécanique ! »… « Elles aiment se faire plaisir avec des diamants et des pierres précieuses et c’est ce mariage de technologie et de glamour qu’elles vont trouver » explique Catherine Faust-Tobiasse, cofondatrice et Directrice artistique de Belles Montres. Un cube-écrin de 7m de hauteur abrite 10 marques à découvrir dans un labyrinthe de voiles transparents… de même que 2 ateliers : l’un dédié au sertissage, l’autre à la taille de diamants...

Des ateliers d’initiations, des mini-conférences et des expertises
Des formateurs proposent des sessions de démontage-remontage d’un mouvement mécanique simple (inscription 150 € par personne sur info@hautehorlogerie.org). Chaque jour des mini-conférences thématiques de 30 mn sont animées par les responsables des marques horlogères pour apprendre, découvrir ou approfondir les connaissances. Sur place, Sotheby’s expertise et estime gracieusement montres anciennes ou de collection.

2 expositions : une historique, une artistique
La Fondation de la Haute Horlogerie présente « L’horlogerie mécanique des origines à nos jours », exposition animée par l’historien Grégory Gardinetti. Réalisée avec le concours des Musées suisses et du patrimoine des marques partenaires de la FHH, elle illustre l’histoire de l’horlogerie depuis l’apparition de l’horloge à poids moteurs de la fin du XIIe jusqu’aux montres bracelets à Grandes Complications de la fin du XXe.

Stéphanie Guglielmetti au salon des Belles montres 2011 devant ses sculptures

Stéphanie Guglielmetti au salon des Belles montres 2011 devant ses sculptures

© Corinne Jeammet


Puis, le visiteur déambule au coeur des rouages, une exposition artistique Mobilis in Mobili, une installation de Stéphanie Guglielmetti aux proportions fantastiques. Une oeuvre évoluant dans une danse lente qui se fond et se confond dans un jeu d'ombres et de lumières. La graphiste-plasticienne, qui a découvert le milieu de l'horlogerie via le design, explique qu'elle "apporte ici sa vision décalée du temps et de l'horlogerie".

Sculptures de Stephanie Guglielmetti exposées au salon des Belles montres 2011

Sculptures de Stephanie Guglielmetti exposées au salon des Belles montres 2011

© Corinne Jeammet

La vente Jaeger-LeCoultre Unique Auction, le 29 novembre
La maison d’enchères Artcurial propose la vente la plus riche jamais réalisée avec plus de 250 garde-temps retraçant l’histoire de cette maison. Toutes les lignes emblématiques de la marque y sont représentées ainsi que des créations moins célèbres mais non moins recherchées (montres militaires, à remontoir dessous, à couvercle, à calendrier complet, des pendulettes mystérieuses, Duoplan étrier). En 2003, Artcurial avait organisé la première vente entièrement dédiée à Jaeger-LeCoultre, un acteur majeur de l’histoire de l’horlogerie depuis 1833.


Memovox, Reverso, Duoplan ou Atmos... chacune de ces créations sera représentée dans cette vente. La plus importante collection de Memovox y sera dispersée ainsi qu’un ensemble de 40 modèles réalisés entre 1950 et la fin des années 1970 et des Reverso.

Exposition publique du 24 au 28 novembre à l’Hôtel Marcel Dassault. 7, rond point des Champs-Elysées. 75008 Paris. Vente le 29 novembre à 14h30 et 19h. Catalogue en ligne www.artcurial.com.
Salon Belles montres du 25 au 27 novembre. Carrousel du Louvre. Paris. De 10h à 19h. Entrée : 10 euros.

Affiche du salon des Belles Montres 2011

Affiche du salon des Belles Montres 2011

© Belles Montres 2011