Le créateur Nicolas Ghesquière quitte Balenciaga pour LVMH ?

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 05/11/2012 à 15H51
Nicolas Ghesquiere (en 2008 à New York)

Nicolas Ghesquiere (en 2008 à New York)

© Gregory Pace BEImages/MAXPPP

Nicolas Ghesquière, l'un des créateurs les plus doués de sa génération, quittera le 30 novembre la maison Balenciaga qu'il a contribué à faire revenir sur le devant la scène après 15 ans de collaboration, a annoncé cette filiale du groupe PPR. Cette décision est "le fruit d'une longue réflexion entre la présidente de la griffe et Nicolas Ghesquière" a indiqué la maison.

Le couturier serait en discussions avec le numéro un mondial du luxe LVMH pour créer sa propre griffe, écrit mardi le quotidien International Herald Tribune. Selon le journal, il se serait vu offrir une maison à son nom qui serait supervisée par Delphine ou Antoine Arnault, aînés de Bernard Arnault, PDG de LVMH (Louis Vuitton, Givenchy, Céline, Kenzo...), qui travaillent déjà dans le groupe. Cette option nécessiterait un investissement majeur, difficile à faire actuellement en dehors de grands groupes, souligne la rédactrice en chef mode du journal Suzy Menkès. Une autre alternative serait qu'il reprenne une maison en sommeil mais cette situation ressemblerait trop à celle que Ghesquière a déjà vécue chez Balenciaga, griffe qu'il a remise au centre de la planète mode.

Nicolas Ghesquière, 41 ans, était le D.A. depuis 1997. Auteur d'une mode radicale qui enchante autant qu'elle peut dérouter, il a conquis les rédactrices de mode et des actrices devenues des égéries comme Charlotte Gainsbourg ou Nicole Kidman. Ce surdoué avait été désigné en 2001 à New York "International designer of the year", soufflant alors la récompense la plus convoitée de la mode à Karl Lagerfeld et Alexander McQueen. Balenciaga comme Gucci, Yves Saint Laurent, Alexander McQueen et Stella McCazrtney fait partie du pôle luxe du groupe PPR.

Interview de Nicolas Ghesquiere et Charlotte Gainsbourg... sur le 1er parfum Balenciaga

Prolongeant la vision avant-gardiste et moderniste de Cristobal Balenciaga, qui a fondé sa maison en 1919, le créateur a fait partie des quelques designers qui ont su réveiller de belles endormies, en restaurant l'image et la légitimité d'une maison de couture.  Auteur d'une mode radicale qui enchante autant qu'elle peut dérouter, Ghesquière travaille les volumes, épure des lignes souvent asymétriques. Ses silhouettes sont souvent futuristes et les matières employées novatrices.

Un mannequin présente en 1956 à Paris une robe dessinée par le couturier Cristobal Balenciaga. Robe en faille noire simulant un large volant et jupe en organdi brodé blanc

Un mannequin présente en 1956 à Paris une robe dessinée par le couturier Cristobal Balenciaga. Robe en faille noire simulant un large volant et jupe en organdi brodé blanc

© AFP
 Il est arrivé dans la maison Balenciaga dans un contexte difficile. Les années 2000 sont marquées par la gravité des événements politiques : 11-Septembre, catastrophes climatiques et crise financière. La mode s'est faite alors plus discrète, économe et contrôlée. C'est pendant ces années-là -"porteuses de surprises- qu'il a montré qu'il peut y avoir un luxe raffiné et expérimental qui n'est pas synonyme d'impérialisme et d'arrogance. Une époque où des créateurs ont exercé leur métier de manière "plus noble et plus honorable" que les excès tapageurs et "trop voyants" du luxe porno-chic de la décennie précédente, indique Olivier Saillard, lors de l'exposition sur la mode des années 1990-2000 qui s'est tenu aux Arts Décoratifs en 2011. "On revient à la sophistication, à une recherche sur le vêtement qui n'est pas que de l'image", précise cet historien de la mode. 

Une collection printemps-été 2013, très couture
Lors de sa dernière présentation parisienne du prêt-à-porter printemps-été 2012, en septembre 2012, il a dévoilé une collection très couture, avec des lignes pures droites ou arrondies, alternant avec des volutes plus joyeuses portées comme des basques pour un haut, une allure gitane pour des jupes longues dévoilant une jambe. Les vestes et manteaux courts sable, avec ou sans manches, impressionnent par leur coupe précise, la netteté des lignes, de même qu'un tailleur pantalon myosotis aux épaules soulignées. Le bustier architecturé se porte au-dessus d'un pantalon à pince pour une touche féminin/masculin. Pour les soirées, la silhouette se complète d'une cape courte, de quoi couvrir à peine le buste.

Nicolas Ghesquière en rajoute dans le côté masculin avec des jupettes asymétriques en tissus de costumes façon banquiers ou des tops en maille rappelant le "marcel". Le féminin reprend le dessus avec des tailleurs mini-jupes chinés légers ou des robes courtes lacérées, comme des découpages de papier pour recréer un effet dentelle.