Avec "Jardins d'impression", Nina Ricci revisite les imprimés de Zina de Plagny

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 18/02/2012 à 11H36
  • Nina Ricci revisite les imprimés de Zina de Plagny, le temps d'une exposition au Bon Marché
  • Peter Copping
  • Carré de tissu, impressions de Zina de Plagny
  • Nina Ricci revisite les imprimés de Zina de Plagny, le temps d'une exposition au Bon Marché
Précédent Suivant
Précédent Suivant
  • Nina Ricci revisite les imprimés de Zina de Plagny, le temps d'une exposition au Bon Marché
    Nina Ricci revisite les imprimés de Zina de Plagny, le temps d'une exposition au Bon Marché © Nina Ricci
  • Peter Copping
    Peter Copping © Inez Van Lamsweerde and Vinoodh Matadin
  • Carré de tissu, impressions de Zina de Plagny
    Carré de tissu, impressions de Zina de Plagny © Atelier Zina de Plagny
  • Nina Ricci revisite les imprimés de Zina de Plagny, le temps d'une exposition au Bon Marché
    Nina Ricci revisite les imprimés de Zina de Plagny, le temps d'une exposition au Bon Marché © Nina Ricci

Le Bon Marché Rive Gauche lève le voile sur les imprimés de l'artiste russe Zina de Plagny via la collection printemps-été 2012 de la maison Nina Ricci et de son créateur britannique Peter Copping. L'exposition se tient jusqu'au 24 mars.

Rendant hommage à Zina de Plagny, artiste russe ayant collaboré avec Madame Ricci dans les années 30 et 40, Peter Copping joue avec le graphisme des motifs et la texture des matières. Les imprimés sont la note de coeur de cette collection : kaléidoscope d’oeillets, bouquets d’iris, cascade de jacinthes, mélange de pensées et de bleuets, livrée de marguerites… Certains imprimés ont été conservés tel quels, pour d'autres le créateur a modifié l'intensité des couleurs ou l'échelle des motifs. Pour les faire vibrer du jersey ultraléger, de la popeline, de la crêpe de soie ou de la mousseline ont été privilégiés.

Créés après-guerre pour une grande partie d’entre eux, les dessins de l’Atelier Zina de Plagny avaient déjà été ressortis de leurs cartons 60 ans plus tard, pour être dévoilés au public dans le cadre d’une rétrospective au Musée d’Art et d’Industrie de Roubaix, dit LA PISCINE, au printemps 2009.

Le défilé printemps-été 2012

Les vitrines du Bon Marché côté de la rue de Sèvres vont mettre en relief ces compositions florales sous la forme de jardins colorés. Le parcours se poursuit au coeur de l’Appartement de Mode avec une mise en scène à la manière d’un défilé. La Passerelle porte aussi l’empreinte de ces motifs : ils sont projetés sur les murs et révèleront une succession de vidéos dans lesquelles Peter Copping présente ses créations et ses inspirations dans une interview exclusive. Un t-shirt est spécialement créé pour l’occasion (220 €).

Focus sur Peter Copping
Le styliste anglais, ancien bras droit de Marc Jacobs chez Vuitton, est arrivé en 2009 dans la maison Nina Ricci. Après 15 ans d'expérience dans la mode parisienne, il se consacre ici à l'essence même de la féminité, en proposant une silhouette jeune et gracieuse à la sensualité espiègle et épurée. Une ligne de conduite qu'il revendique : "Nina Ricci a toujours été une marque hyper féminine mais dans la légéreté. J'ai eu beaucoup de chance car l'héritage laissé par Nina Ricci relève plus d'un esprit que de dogmes imposés et c'est en poursuivant cette démarche que je tente de capturer l'ultra-féminité de la garde-robe moderne". Peter Copping conçoit une gamme de couleurs aux tonalités poudrées évoquant les tissus de la peau, le drapé satiné de la chair, et qui renvoie l’image de la femme Ricci à une vision naturelle, authentique, spontanée.

Marie Nielli dite Nina Ricci en 1930

Marie Nielli dite Nina Ricci en 1930

© Harcourt. AFP

Quid de la maison Nina Ricci ?
En 1932, Maria Nielli dite Nina Ricci inaugure sa maison de couture parisienne. Celle-ci est célébre pour son style raffiné empreint de luxueuse légéreté, lequel deviendra une signature reconnue de l'élégance, le passeport de la féminité. Richesse des matières, fluidité de la ligne et de la coupe sont les critères premiers. Son désir est de faire ressortir la personnalité intime de chaque femme en lui apportant une garde-robe classique qui privilégie le naturel au lieu de l'ostentatoire.
Le Bon Marché Rive Gauche. 24, rue de Sèvres. 75007 Paris.