Aujourd'hui étudiants, les créateurs de demain dévoilent leur univers

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 20/06/2012 à 12H49
  • A gauche, modèle réalisé en toile blanche. A droite, mise en scène d'un modèle présenté dans une boîte
  • Travaux des étudiants de 4e année: au rdc, les toiles blanches sont exposées
  • Travaux des étudiants de 4e année: au rdc, les toiles blanches sont exposées
  • Travaux des étudiants de 4e année: au rdz, les toiles blanches sont exposées
  • Travaux des étudiants de 4e année: au rdc, les toiles blanches sont exposées
  • Travaux des étudiants de 4e année: au rdc, les toiles blanches sont exposées
  • Travaux des étudiants de 4e année: au rdc, les toiles blanches sont exposées
  • Travaux des étudiants de 4e année: au rdc, les toiles blanches sont exposées
  • Chaque étudiant a son lieu de présentation, une « boîte blanche », en résille industrielle dans laquelle il a composé le petit monde qui le caractérise
  • Chaque étudiant a son lieu de présentation, une « boîte blanche », en résille industrielle dans laquelle il a composé le petit monde qui le caractérise
  • Chaque étudiant a son lieu de présentation, une « boîte blanche », en résille industrielle dans laquelle il a composé le petit monde qui le caractérise
  • Chaque étudiant a son lieu de présentation, une « boîte blanche », en résille industrielle dans laquelle il a composé le petit monde qui le caractérise
Précédent Suivant
Précédent Suivant
  • A gauche, modèle réalisé en toile blanche. A droite, mise en scène d'un modèle présenté dans une boîte
    A gauche, modèle réalisé en toile blanche. A droite, mise en scène d'un modèle présenté dans une boîte © Corinne Jeammet
  • Travaux des étudiants de 4e année: au rdc, les toiles blanches sont exposées
    Travaux des étudiants de 4e année: au rdc, les toiles blanches sont exposées © Corinne Jeammet
  • Travaux des étudiants de 4e année: au rdc, les toiles blanches sont exposées
    Travaux des étudiants de 4e année: au rdc, les toiles blanches sont exposées © Corinne Jeammet
  • Travaux des étudiants de 4e année: au rdz, les toiles blanches sont exposées
    Travaux des étudiants de 4e année: au rdz, les toiles blanches sont exposées © Corinne Jeammet
  • Travaux des étudiants de 4e année: au rdc, les toiles blanches sont exposées
    Travaux des étudiants de 4e année: au rdc, les toiles blanches sont exposées © Corinne Jeammet
  • Travaux des étudiants de 4e année: au rdc, les toiles blanches sont exposées
    Travaux des étudiants de 4e année: au rdc, les toiles blanches sont exposées © Corinne Jeammet
  • Travaux des étudiants de 4e année: au rdc, les toiles blanches sont exposées
    Travaux des étudiants de 4e année: au rdc, les toiles blanches sont exposées © Corinne Jeammet
  • Travaux des étudiants de 4e année: au rdc, les toiles blanches sont exposées
    Travaux des étudiants de 4e année: au rdc, les toiles blanches sont exposées © Corinne Jeammet
  • Chaque étudiant a son lieu de présentation, une « boîte blanche », en résille industrielle dans laquelle il a composé le petit monde qui le caractérise
    Chaque étudiant a son lieu de présentation, une « boîte blanche », en résille industrielle dans laquelle il a composé le petit monde qui le caractérise © Corinne Jeammet
  • Chaque étudiant a son lieu de présentation, une « boîte blanche », en résille industrielle dans laquelle il a composé le petit monde qui le caractérise
    Chaque étudiant a son lieu de présentation, une « boîte blanche », en résille industrielle dans laquelle il a composé le petit monde qui le caractérise © Corinne Jeammet
  • Chaque étudiant a son lieu de présentation, une « boîte blanche », en résille industrielle dans laquelle il a composé le petit monde qui le caractérise
    Chaque étudiant a son lieu de présentation, une « boîte blanche », en résille industrielle dans laquelle il a composé le petit monde qui le caractérise © Corinne Jeammet
  • Chaque étudiant a son lieu de présentation, une « boîte blanche », en résille industrielle dans laquelle il a composé le petit monde qui le caractérise
    Chaque étudiant a son lieu de présentation, une « boîte blanche », en résille industrielle dans laquelle il a composé le petit monde qui le caractérise © Corinne Jeammet

Les 41 stylistes-modélistes de 4e année de l’Ecole de la Chambre Syndicale de la Couture Parisienne proposent ce 20 juin de découvrir leur imaginaire et leur savoir-faire. Des premières inspirations, aux toiles, prototypes et books de croquis… explorez leur univers. Une expo qui débute avec la toile blanche et se poursuit avec une boîte blanche, en résille industrielle, où chaque étudiant a composé le petit monde qui le caractérise… Coups de coeur en images sur le travail de ces étudiants, dont certains seront les créateurs de demain !

Choisir une histoire à raconter, donner une direction aux idées.... Au rdc, les étudiants présentent un modèle réalisé dans la toile blanche, qui sert de base de travail à tout couturier. Au 1er et 4e étages, chacun s’est approprié les 1,60m x 1m x 1,20m d’espace mis à sa disposition pour y installer son univers. Une « mise en boîte » de l’imaginaire et du savoir-faire via la recherche des matières et volumes, dont la mise en scène sert pour la première fois dans la note d’évaluation du jury d’examen.

Des anciens étudiants qui sont devenus des pointures
Ces étudiants qui exposent aujourd'hui sont les nouveaux maillons d’une longue chaîne de professionnels de la mode issus de l’Ecole : Yves Saint Laurent, Karl Lagerfeld, Valentino, Issey Miyake, Anne-Valérie Hash, Julien Fournié, Mxime Simoëns, Véronique Nichanian, Alexis Mabille, Rabih Kayrouz, Gustavo Lins, Jean Colonna.

Une formation conçue pour les besoins de la profession
L’Ecole de la Chambre Syndicale de la Couture Parisienne est issue des besoins de la profession en main d’oeuvre qualifiée. Créée en 1927, elle assurait la formation des apprenties. Coller au plus près de la réalité de l’évolution de la structure des emplois des entreprises du secteur est sa vocation. Elle prépare aux différents métiers de la création, du dessin au patronage, en passant par les différents métiers assurant l’interface entre la conception et la fabrication. Elle a préservé les savoir-faire en les adaptant aux nouvelles technologies et a intégré une approche des fonctions des entreprises de mode contemporaine ainsi que des éléments de l’environnement économique et culturel de la mode d’aujourd’hui.

Ecole de la Chambre Syndicale de la Couture Parisienne. 119 rue Réaumur, 75002 Paris. Exposition le 20 juin jusqu’à 19h.