Diaporama 7 photos
Par Corinne Jeammet @Culturebox

3e journée des défilés parisiens: 1ers pas concluants pour Carven et Balmain

Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 29/09/2011 à 17H53
  • Manish Arora, printemps-été 2012, Paris (29/09/2011)
    01 /07
    Manish Arora, printemps-été 2012, Paris (29/09/2011)
    "J'utilise beaucoup de soie, parfois des cotons ou de la mousseline. Surtout des tissus purs, pas de synthétique", explique le créateur. Beaucoup de broderies aussi, mais aujourd'hui "de manière plus contrôlée: c'est ouvragé sans être surfait, parce que je garde en tête la réalité du marché européen".
    © AFP. P.Verdy
  • Carven, printemps-été 2012, Paris (29/09/2011)
    02 /07
    Carven, printemps-été 2012, Paris (29/09/2011)
    Guillaume Henry, responsable du renouveau, a organisé son 1er défilé après des présentations remarquées. Sa pimpante Parisienne pioche dans plusieurs folklores pour se créer un vestiaire coloré et frais, entre petits cols sages fermés ou avantageux décolletés rectangulaires "pour être attirante, mais pas trop frontalement&
    © AFP.F.Guillot
  • Ann Demeulemeester, printemps-été 2012, Paris (29/09/2011)
    03 /07
    Ann Demeulemeester, printemps-été 2012, Paris (29/09/2011)
    Un beige rosé mais aussi des imprimés en dégradés du noir au vert chez la styliste belge Ann Demeulemeester, généralement fidèle au noir et blanc. Les filles flottent dans leurs longueurs superposées, amples pantalons d'organza aux coutures apparentes sous paréos, parfois à franges pailletées.
    © AFP.P.Kovarik
  • Sharon Wauchob, printemps-été 2012, Paris (29/09/2011)
    04 /07
    Sharon Wauchob, printemps-été 2012, Paris (29/09/2011)
    Sharon Wauchob, printemps-été 2012, Paris (29/09/2011) © AFP.F.Guillot
  • Balmain, printemps-été 2012, Paris (29/09/2011)
    05 /07
    Balmain, printemps-été 2012, Paris (29/09/2011)
    Olivier Rousteing, qui succède à Decarnin, a présenté une collection Balmain brillant de mille cristaux et broderies d'or dans une continuité pour la marque française. Inspiré par l'androgynie des "costumes de lumière" des toréadors et le Grand Ouest US, c'est un esprit à la fois couture et rock 'n roll.
    © AFP. P.Verdy
  • Rick Owens, printemps-été 2012, Paris (29/09/2011)
    06 /07
    Rick Owens, printemps-été 2012, Paris (29/09/2011)
    Chez l'Américain Rick Owens, les femmes ont un look de guerrières virginales avec leurs vestes courtes rigides, aux épaules arrondies et aux manches trois quart, sur de longues jupes en jersey fluides.
    © AFP. F.Guillot
  • Lutz, printemps-été 2012, Paris (29/09/2011)
    07 /07
    Lutz, printemps-été 2012, Paris (29/09/2011)
    Lutz, printemps-été 2012, Paris (29/09/2011) © DR

Paris accueille 11 défilés le 29 septembre : Balenciaga, Carven, Manish Arora, Ann Demeulemeester, Sharon Wauchob, Balmain, Barbara Bui, Rick Owens, Lutz, Nina Ricci, AF Vandevorst. Une journée marquée par le 1er défilé Carven sur les podiums et les premiers pas d'Olivier Rousteing Chez Balmain.

Zoom sur Manish Arora, un esprit presque couture pour un créateur toujours innovant
L'Indien, connu pour sa riche palette de couleurs psychédéliques et ses imprimés joyeux jusqu'au baroque, a présenté le défilé de sa marque avant de dévoiler la semaine prochaine sa première collection pour Paco Rabanne. Il s'est intéressé aux teintes de la peau pour créer des ensembles au look uni "même si, dans la réalité, la peau n'est jamais d'une seule couleur sur l'ensemble du corps". Mais aussi du fluo, du noir et vert ou du noir et blanc. Beaucoup de jeans, pour la première fois. "C'est un pas significatif puisque mon travail comptait précédemment beaucoup plus de pièces un peu folles. Ici, il y a un bon équilibre", juge-t-il. Un manteau reproduit une photo prise au festival de Woodstock, d'une foule dansant le poing levé, avec des morceaux rebrodés. "J'utilise beaucoup de soie, parfois des cotons ou de la mousseline. Surtout des tissus purs, pas de synthétique", dit-il. Beaucoup de broderies aussi, mais aujourd'hui "de manière plus contrôlée: c'est ouvragé sans être surfait, parce que je garde en tête la réalité du marché européen".