Diaporama 5 photos
Par Corinne Jeammet @Culturebox

2 rencontres-interviews avec des "pro" au salon des Belles Montres

Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 26/11/2011 à 16H36
  • Elie Saghbini, meilleur ouvrier de France et diamantaire parisien
    01 /05
    Elie Saghbini, meilleur ouvrier de France et diamantaire parisien
    Le diamant tire son nom de sa dureté. "C'est une pierre invincible" explique le diamantaire. Si aujourd'hui, ce sont les femmes qui portent les diamants, à l'origine "le diamant était offert aux hommes et surtout aux conquérants".
    © Corinne Jeammet
  • Elie Saghbini pose le diamant sur le plateau en fonte
    02 /05
    Elie Saghbini pose le diamant sur le plateau en fonte
    "Avant de tailler le diamant, la 1ère étape est de faire du Board (réduire des petits diamants bruts en poudre fine dans un pillon)". Cette tâche était autrefois dévolu à l'apprenti. "Cette poudre est, ensuite, mélangée à de l'huile avant de recouvrir le plateau en fonte sur lequel sera taillée la pierre".
    © Corinne Jeammet
  • Elie Saghbini incline la pierre selon la taille voulue de la facette
    03 /05
    Elie Saghbini incline la pierre selon la taille voulue de la facette
    Aujourd'hui, dans les mines mondiales, 5% des pierres brutes sorties des mines sont de qualité joaillerie.
    © Corinne Jeammet
  • La table de travail du diamantaire
    04 /05
    La table de travail du diamantaire
    Le prix du diamant est déterminé en fonction de sa couleur. "Plus le diamant est transparent, plus il est précieux" explique le diamantaire.
    © Corinne Jeammet
  • Le diamantaire examine la taille réalisée
    05 /05
    Le diamantaire examine la taille réalisée
    Le diamantaire examine la taille réalisée © Corinne Jeammet

Rencontre avec un tailleur de diamants, Elie Saghbini
Avant d'être serti sur la monture d'un bijou ou d'une montre, le diamant doit passer entre les mains d'un tailleur. "C'est un art qui est aux mains d'une dizaine de personnes et qui n'est plus enseigné désormais en France", indique-t-il avant de préciser que "le plus jeune tailleur à 50 ans". Un métier passionnant, offrant peu de débouchés en France, qui a évolué avec, entre autres, l'arrivée des ordinateurs (ils analysent avec précision quelle sera la meilleure taille pour la pierre), avec le laser (il offre des tailles différentes) et aussi de nouveaux matériaux (le plateau en fonte existe avec de la poudre de diamant déjà incrustée).

Rencontre avec un spécialiste des ventes aux enchères, Geoffroy Ader
Ce salon, c'est aussi l'opportunité de faire expertiser sa montre. Plusieurs éléments permettent de réaliser cette expertise. "En réalité, 3 numéros donnent de bonnes indications sur la date de production: celui du mouvement, celui du boitier et, enfin, celui du cadran" explique le directeur du département montres de Sotheby's. Après, il faut se renseigner "auprès de la maison concernée, et demander un extrait d'archive, qui contiendra des éléments permettant de connaître l'origine de la fabrication du modèle". Sa provenance permettra également de déterminer sa valeur. Pour Geoffroy Ader, les collectionneurs d'aujourd'hui sont principalement à la recherche de Rolex et de Patek Philippe, qui sont "les deux marques phares du marché. En effet, les collectionneurs recherchent l'excellence dans la montre sportive et l'élégance dans l'horlogerie".