Marseille Provence 2013 : l'Etat met son nez dans l'organisation

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 25/09/2012 à 15H10
Installation scénographiée de Stéphan Muntaner pour la CCI Marseille Provence

Installation scénographiée de Stéphan Muntaner pour la CCI Marseille Provence

© Thomas Serriere

L'Etat va coordonner les préparatifs de la capitale européenne de la culture Marseille Provence 2013 dans les domaines qui ne relèvent pas de l'artistique et pâtissent d'un manque de concertation entre collectivités, a-t-on appris mardi auprès du préfet.

Après une première réunion organisée lundi avec les villes accueillant les  festivités, trois groupes de travail pilotés par la préfecture ont été mis en  place dans les domaines de la sécurité/réglementation, de la communication  (hors programme culturel) et de l'accueil des touristes.

"Il n'y avait pas d'information complète autour de la table. Alors qu'on a "vendu" l'événement à l'Europe comme homogène, il n'y avait aucune instance de concertation" dans ces domaines, a expliqué le préfet des Bouches-du-Rhône, Hugues Parant.

Organiser les transports en commun, mettre en place une signalétique commune, centraliser les offres d'hébergement sur internet, promouvoir les  atouts du territoire comme interface entre l'Europe et la Méditerranée, recruter des bénévoles, etc... autant de chantiers à mener en commun pour engendrer une "ferveur" autour de l'événement, selon le préfet.

"Si nous n'avançons pas là-dessus, on pourrait nous le reprocher dans quelques mois", a dit Hugues Parant, pour qui il est nécessaire et encore temps d'agir, à quelques mois seulement de l'échéance.

L'association Marseille Provence craint que l'initiative brise un dialogue enfin engagé

La vision de la situation est plus nuancée du côté de l'association Marseille Provence 2013, qui chapeaute le volet artistique de l'organisation. Certaines collectivités "ont pris l'événement comme une fête locale", sans concerter son voisin sur certains aspects, mais "les villes sont sensibles à  tout ça, des initiatives ont déjà été prises, il y a une vraie envie commune de  bien faire", assure le président de MP 2013, Jacques Pfister.

"Et ça marche. La programmation culturelle (qui sera officialisée durant la deuxième quinzaine d'octobre, ndlr) et la livraison des bâtiments, c'est ok",  ajoute-t-il, soulignant que l'association n'est pas un comité d'organisation et n'a pas autorité dans tous les domaines, notamment la communication de chaque territoire sur les événements qu'il héberge.

Au sein de MP 2013, on se dit aussi surpris du timing "un peu tardif" de l'intervention de l'Etat. On redoute même qu'elle ne mette à mal le dialogue entre collectivités au sein de l'association, qui s'est normalisé depuis quelques mois, après avoir traversé des périodes plus difficiles.