"Little Nemo in Slumberland", la nouvelle création des Plasticiens Volants

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 31/03/2015 à 10H12
Les créatures des Plasticiens volants au dessus de la foule, Neuhardenberg, Allemagne, Mai 2013

Les créatures des Plasticiens volants au dessus de la foule, Neuhardenberg, Allemagne, Mai 2013

© Patrick Pleul / DPA / AFP

Ils sont incroyablement doués pour créer des mondes imaginaires. Des spectacles avec des gigantesques sculptures gonflables dans les airs. La compagnie toulousaine des Plasticiens Volants travaille sur sa prochaine création : "Little Nemo in Slumberland". Elle nous a ouvert les portes de ses ateliers.

Les Plasticiens Volants. Un nom qui sonne comme une invitation à la rêverie et à la féerie. Des artistes qui imaginent pour nous les personnages les plus fous. Des sculptures d'une incroyable légèreté prêtes à s'élever dans les airs et qui ont fait leur renommée dans le monde enter. Cette troupe remarquable a été la vedette des soirées de clôture et d'ouverture des Jeux olympiques de Barcelone ou de Londres. Basée à Toulouse, elle lève un peu le voile sur ses secrets de fabrication et dévoile sa dernière création.

Reportage : C. Sardain, F. Desse, P. Level, P. Dick, E. Auriaux
C'est une création complète que propose la compagnie. Des marionnettes gonflables, des sculptures géantes qui s'animent devant les spectateurs émerveillés et les plongent dans un univers onirique riche en émotion. Car la magie ne s'arrête pas là. Les Plasticiens Volants racontent une histoire au public. Des spectacles qui prennent le ciel comme scène et s'offrent à des milliers de spectateurs. 
Le pêcheur de Lune
"Little Nemo in Slumberland", la dernière création des Plasticiens Volants

À la recherche du légendaire Pays des songes, Little Nemo traverse des contrées inconnues, menaçantes le plus souvent et toujours déconcertantes, où rien n’est ce qu’il paraît être au premier abord. Autour de lui les objets familiers deviennent gigantesques ou minuscules, des êtres mythiques grimaçants le guettent, les maisons s’élèvent à des hauteurs vertigineuses avant de s’écrouler l’instant qui suit. À l’orée du XXe siècle, peut-on encore se fier au monde tel qu’il est ?

"Little Nemo in Slumberland" a d'abord vu le jour sous le crayon de Winsor McCay dans le New York Herald Tribune entre1905 et 1914. La mise en espace des planches de dessin, la maîtrise de la perspective, et le découpage en séquences complexes ont fait de McCay un précurseur du dessin animé.