Les ventes aux enchères ne connaissent pas la crise !

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 27/03/2012 à 09H24
Une vente aux enchères à Fontainebleau

Une vente aux enchères à Fontainebleau

© THOMAS SAMSON / AFP

Les ventes aux enchères publiques en France ont vigoureusement progressé (+8,6%) en 2011, atteignant un record historique, a annoncé mardi le Conseil des ventes, autorité de régulation du secteur.

Le montant adjugé des ventes volontaires de meubles aux enchères publiques en France a atteint 2,378 milliards d'euros en 2011, contre 2,190 milliards d'euros en 2010. "On a même dépassé la très bonne année 2009, qui avait été marquée par l'importante vente de la collection Yves Saint Laurent/Pierre Bergé. Pourtant nous traversons une période de crise financière", a souligné Catherine Chadelat, présidente du Conseil des ventes volontaires (CVV), interrogée par l'AFP.

Autre fait notable, tous les secteurs progressent: celui de l'art et des objets de collection, comme celui des chevaux et celui des véhicules d'occasion et de matériel industriel. En hausse de 9,4%, les ventes d'arts et objets de collection réalisent un montant adjugé jamais atteint de 1,25 milliard d'euros. La maison d'enchères Christie's France est numéro un avec un volume d'adjudications de 165 millions d'euros, suivie de près par Sotheby's France (157 millions d'euros). Artcurial est troisième avec 98 millions d'euros. Les études Tajan (33 millions d'euros), Millon et Associés (31 millions), Gros et Delettrez (31 millions, en forte hausse) et Claude Aguttes (29 millions) réalisent des ventes de niveau similaire.

Grand éclectisme

La société Marc Labarde de Toulouse bondit dans le Top ten des sociétés d'enchères d'art de l'Hexagone grâce à la vente d'un rouleau impérial chinois, adjugé 22 millions d'euros, ce qui en fait la meilleure enchère de l'année en France. En revanche, Piasa a vu son activité chuter fortement (19 millions d'euros en 2011 contre 37 millions en 2010). L'Hôtel Drouot, qui accueille les ventes de plusieurs études de commissaires-priseurs, réalise plus de 47% des ventes. "Les ventes d'art asiatique ont très bien marché mais on ne peut pas dire que le marché français s'en est bien sorti grâce à la Chine", relève Mme Chadelat. "Il y a vraiment un grand éclectisme", souligne-t-elle, tout en relevant la faiblesse des ventes de joaillerie. "La qualité se vend bien. Les ventes courantes en revanche reculent" (91 millions d'euros en 2011 contre 101 millions un an plus tôt), souligne-t-elle.

Très vigoureux, le secteur des enchères de véhicules d'occasion et matériel industriel atteint lui aussi un niveau record. Après une année 2010 stable, il reprend sa croissance avec 1,02 milliard d'euros adjugés en 2011, en hausse de 7,4%. La société bretonne Guignard et Associés est première sur ce secteur, et se situe à la troisième place du classement national des maisons d'enchères, derrière Sotheby's. BCAuto Enchères est quatrième.

Le marché français des enchères de chevaux, centré sur Deauville, galope à nouveau: il représente 109 millions d'euros en 2011, en augmentation de près de 12% par rapport à 2010 marquée par une forte baisse de l'activité liée à l'absence de certains acheteurs du Moyen-Orient. Toutefois le niveau de 2011 n'atteint pas celui de 2007 (114 millions d'euros). L'enquête a été menée auprès des 396 opérateurs de ventes volontaires aux
enchères publiques en France.