Le Zoo de Vincennes tout beau tout neuf a rouvert ses portes

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 13/04/2014 à 12H48
Les girafes dans le nouveau Parc zoologique de Vincennes.

Les girafes dans le nouveau Parc zoologique de Vincennes.

© Martin Bureau / AFP

Après une fermeture de six ans et une rénovation intégrale, le zoo de Vincennes a rouvert ses portes samedi, suscitant l'engouement du public. "Plus d'un millier de personnes attendaient l'ouverture des portes" selon les responsables et près de 100.000 billets sont déjà pré-vendus pour les semaines à venir.

Cinq biozones où les animaux évoluent comme dans leur milieu naturel
Durant le parcours, le visiteur découvre la faune et la flore de cinq biozones - Patagonie, Sahel-Soudan, Guyane, Europe et Madagascar -  et peut admirer un éventail d'espèces en difficulté comme des lémuriens, le rhinocéros blanc ou l'oryx algazelle. 
Mais il doit désormais s'armer de patience pour les observer, car les animaux en cage ou poussés hors de leur abri pour être montrés au public, c'est fini. "Aujourd'hui, on joue sur leur comportement naturel, pour qu'ils sortent sans contrainte", explique Alexis Lécu, le responsable vétérinaire.
"Nous avons inventé un nouveau zoo sur un concept différent du XXème  siècle, où les animaux étaient exhibés comme une attraction. Ce zoo  du XXIème siècle montre et parle de biodiversité et les bêtes vivent ensemble comme dans leur milieu naturel", assure Thomas Grenon, directeur général du Muséum national d'histoire naturelle, en charge de l'exploitation du zoo. 
Le parc méconnaissable, excepté le grand rocher
D'importants travaux, à hauteur de 170 millions d'euros, ont permis de refaire intégralement le parc qui a conservé son emblématique grand rocher.

"On a créé du relief car le parc était plat, notamment de grandes côtes rocheuses en Patagonie. Dans la grande serre de 4.000 m2, on a reconstitué la Guyane et Madagascar", ajoute-t-il. "On est passé d'un espace bétonné à un décor plus naturel".
Les 45.215 m2 de la zone Sahel-Soudan, la plus spacieuse, abritent ainsi girafes d'Afrique de l'Ouest, autruches et babouins de Guinée dans un milieu de savane arborée, arbustive, savane rase et delta.
Un pingouin au Parc Zoologique de Paris.

Un pingouin au Parc Zoologique de Paris.

© Martin Bureau / AFP
Quelques animaux ne sont pas encore arrivés
Le nouveau zoo, désormais appelé le Parc zoologique de Paris, abritera d'ici à la fin du mois de mai quelque mille animaux de 180 espèces "dans le respect du bien-être animal" sur les 14,5 hectares du zoo .
Samedi toutefois, plusieurs espèces comme le rhinocéros blanc, les pumas et les guanacos (des camélidés sauvages d'Amérique du sud) manquaient à l'appel, leur arrivée étant prévue dans les prochaines semaines. Mais les visiteurs ont pu admirer, entre autres, les lions, singes, zèbres, perroquets, pingouins, vautours et otaries.
 
Le nouveau zoo  espère attirer quelque deux millions de visiteurs au total au cours de la première année, et 1,5 million en année de croisière contre 800.000 à un million quelques années avant sa fermeture, selon sa directrice.
 
Interrogée sur le prix élevé du ticket d'entrée (22 euros pour un adulte et 14 euros pour un enfant de 3 à 11 ans), elle a souligné qu'il avait été fixé "dans la moyenne haute du marché" des zoos européens, le plus cher étant celui de Londres avec un prix d'entrée à 31 euros.