Le Petit Lu, inspirateur d'artistes depuis 170 ans

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 03/06/2016 à 17H33
Le château de Goulaine, musée officiel, conserve la majeure partie de l'iconographie créée autour du biscuit Lu 

Le château de Goulaine, musée officiel, conserve la majeure partie de l'iconographie créée autour du biscuit Lu 

© France 3 / Culturebox

Il y a 170 ans Louis Lefèvre-Utile créait un petit biscuit star de tous les goûters. Gourmandise sucrée éternelle, le Petit Lu a traversé les âges et inspiré les plus grands artistes français. Il faut dire que sa forme et sa robe dorée sont à elles seules porteuses de sens. Un savoir-faire et un faire-savoir repris par l'imaginaire des publicitaires et des créatifs à découvrir au musée Lu

Le Petit Lu à 170 ans et ravit toujours autant les papilles des petits et des grands. Un petit gâteau créé en 1886 par Louis Lefèvre-Utile dont la création a été parfaitement étudiée. 

Un petit Lu pour chaque heure de la journée

Petit, léger, doré, si la marque du Petit Lu conserve précieusement son secret de fabrication, la légende du biscuit s'est aussi fondée sur la facilité de l'emporter n'importe où et de le savourer sans culpabilité.  
"Chaque élément de ce biscuit a une signification : quatre coins, les oreilles que l'on casse qui signifient les quatre saisons, 52 dents pour les semaines de l'année et 24 points pour les 24 heures de la journée.
C'est vraiment une notion avec le temps, on peut manger un Lu toute l'année à toute heure du jour et de la nuit", révèle Christophe de Goulaine, Directeur du musée officiel de la biscuiterie LU au Château de Goulaine. 
Reportage : France 3 Pays de la Loire S. Gadet / J. Brénuchon / C. Gourdon / S. Hérel

Autour du biscuit, l'iconographie 

Parfait dans la forme et dans le goût, le petit Lu inspire aussi les créatifs. Le gâteau jouit d'une iconographie florissante, des gammes d'objets décorés lui sont dédiés.
Dès le début Louis Lefèvre-Utile, l'a bien compris : "Pour susciter la gourmandise rien de tel que de séduire l’œil !" A chaque époque de grands  artistes sont sollicités pour relayer et célébrer l'image de la marque. Ceux-ci vont produire pour lui des affiches publicitaires, des emballages décorant les boites de biscuits ou encore des cartes à collectionner. Parmi ces artistes : Alfons Mucha issu de l'Art nouveau. Il créé entre autres pour LU le Calendrier de 1897. 
En 1897, Alfons Mucha crée un calendrier qui fait scandale à l'époque. L' art nouveau était un courant novateur très en vogue dans la capitale, mais totalement ignoré en Province

En 1897, Alfons Mucha crée un calendrier qui fait scandale à l'époque. L' art nouveau était un courant novateur très en vogue dans la capitale, mais totalement ignoré en Province

© Musée Lu

De l'usage de la publicité par les arts

Avant-gardiste sur son époque, Louis Lefèvre-Utile fait donc appel aux artistes pour détourner le petit biscuit doré de son usage initial et en faire un objet mode.
Le petit écolier de Lu créé par Firmin Bouisset

Le petit écolier de Lu créé par Firmin Bouisset

© Musée Lu

Grâce à Loir Luigi, Firmin Bouisset dans un premier temps puis plus tard à Fernandel, Savignac, ou Sempé, manger un Biscuit Lu devient terriblement tendance 

Avant de croquer il fallait être séduit par l'image, donc cette collaboration avec les artistes va permettre d'inciter le consommateur à observer et aller jusqu'à la consommation. Les biscuits vont garder cette image perpétuellement moderne. 
 

Le comédien Fernandel célèbre le Petit Lu 

Le comédien Fernandel célèbre le Petit Lu 

© France 3 / Culturebox / capture d'écran