"Le métis de Dieu" (Arte) sacré meilleure fiction télé à Luchon

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 17/02/2013 à 11H25
Le jury du 15e festival des Créations télévisuelles de Luchon, présidé par Macha Méril (13 février 2013)

Le jury du 15e festival des Créations télévisuelles de Luchon, présidé par Macha Méril (13 février 2013)

© Michel Viala / PhotoPQR / La Dépêche du Midi / MAXPPP

"Le métis de Dieu" (Arte), qui raconte le destin de l’ancien archevêque de Paris Jean-Marie Lustiger, a remporté samedi le prix de la meilleure fiction unitaire au festival des créations télévisuelles de Luchon

Ce téléfilm réalisé par Ilan Duran Cohen raconte le destin de Jean-Marie Aaron Lustiger (1926-2007), interprété par Laurent Lucas. Juif converti au catholicisme à l'âge de 14 ans en 1940, archevêque de Paris de 1981 à 2005, il fut cardinal et conseiller spécial de Jean-Paul II.
 
Déchiré entre un père qui n'a jamais accepté son choix de servir  Jésus-Christ et sa foi, hanté par les pogroms et la mort de sa mère au camp de concentration d'Auschwitz, "Lulu" ou "Monseigneur Bulldozer" s’est battu toute sa vie pour faire admettre qu'il pouvait être les deux à la fois: "juif et chrétien".
 
La 15e édition du festival de Luchon a attribué le prix de la meilleure série ex-aequo au policier "Petits meurtres d'Agatha Christie" (France 2), réalisée par Eric Woreth, et à la comédie "Lazy Company"  (OCS), de Samuel Bodin.
 
Le prix de la meilleure interprétation féminine est revenu à Aïssa Maïga  pour son rôle dans le thriller "Mortel été" pour France 2, de Denis Malleval.
 
Le prix de la meilleure interprétation masculine a été remporté par Didier Bourdon, dans le drame psychologique sur le burn-out au travail "15 jours ailleurs" (France 2), de Didier Bivel.
 
Le meilleur scénario a été remporté ex-aequo par "La dernière campagne"  (Bernard Stora) et "Le silence des églises" (France 2), d'Edwyn Baily.
 
"La dernière campagne" a déjà remporté fin janvier au 26e Festival international de programmes audiovisuels (FIPA) de Biarritz le prix de la  meilleure interprétation masculine, qui est revenu à Bernard Le Coq. Il y joue le rôle de Jacques Chirac.
 
"Le Silence des églises" touche au sujet de la pédophilie à l'église,  jusque-là jamais abordé à la télévision française.