Jan Fabre, Yue Minju... Les trésors du célèbre galeriste Daniel Templon à l'Institut Magrez

Par @Culturebox
Mis à jour le 03/04/2017 à 18H08, publié le 03/04/2017 à 17H37
Les oeuvres du chinois Yue Minju, un artiste représenté par la galerie Daniel Templon. 

Les oeuvres du chinois Yue Minju, un artiste représenté par la galerie Daniel Templon. 

© France 3 Culturebox (capture vidéo)

Galeriste parisien, Daniel Templon jouit d’une renommée mondiale. Depuis un demi-siècle,il fait la part belle aux avant-gardistes. A Bordeaux, jusqu'au 25 juin, l’Institut Culturel Bernard Magrez dresse un portrait de cet homme énergique à travers cinq artistes phares de sa galerie : Philippe Cognée, Jan Fabre, Pierre et Gilles, Yue Minjun et Chiharu Shiota.

"Il n'y a pas de ligne dans l'art contemporain. Seulement des artistes qui ont des histoires à raconter". Depuis un demi-siècle, Daniel Templon offre aux artistes les cimaises de ses galeries pour raconter leurs histoires. Et pourtant rien ne prédestinait cet homme, aujourd'hui âgé de 72 ans, à devenir un des marchands d'art les plus réputés au monde.
Daniel Templon.

Daniel Templon.

© Constant Formé-Bècherat / Hans Lucas

L'instituteur devenu galeriste

Petit-fils d’agriculteur breton, Daniel Templon a d’abord été instituteur à Nanterre dans les années 60. Le déclic pour la peinture arrive en 1965 lors d’une visite au musée d'Art moderne où il tombe en arrêt devant "Les Capétiens partout !", une toile abstraite et monumentale (3 x 6 mètres) de Georges Mathieu réalisée en 1954.

Un an plus tard, à 21 ans, Daniel Templon ouvre sa première galerie dans une cave de 60m² rue Bonaparte dans le quartier de Saint-Germain-des-Prés. Ne faisant pas partie du sérail artistique, il se forme au fur-et-à mesure, se rend dans des manifestations d’art contemporain comme le Documenta de Kassel en Allemagne – il y découvre le pop-art - pour élargir sa vision artistique.

En 1972, il part s’installer dans le Marais, près du futur Centre Pompidou. A cette époque, il fonde avec sa compagne Catherine Millet la revue mensuelle internationale Art Press. La galerie se fait d’abord connaître par ses expositions autour de l’art conceptuel et minimal avec notamment Martin Barré, Christian Boltanski, Donald Judd, Joseph Kosuth, Richard Serra... Ami du célèbre marchand d'art new-yorkais Leo Castelli, il a été le premier galeriste à aller en Amérique rencontrer les stars du pop art, exposant par la suite Dan Flavin, Ellsworth Kelly, Willem de Kooning, Frank Stella, Roy Lichtenstein et bien sûr Andy Warhol.
 
Daniel Templon à la Fiac 2015 en compagnie de la ministre de la Culture d'alors, Fleur Pellerin.

Daniel Templon à la Fiac 2015 en compagnie de la ministre de la Culture d'alors, Fleur Pellerin.

© ann Bohac/SIPA

Plus de 500 expositions et 300 artistes à son actif

Aujourd’hui, la galerie Daniel Templon représente une trentaine d’artistes internationaux. Comme le souligne Livia Perrier, responsable artistique à l’Institut Culturel Bernard Magrez, cette galerie est marquée par "l’éclectisme" : "Daniel Templon essaie toujours de trouver le meilleur dans chaque discipline".

Raison pour laquelle l’Institut a choisi 5 artistes très différents: l’homme de théâtre, dessinateur et plasticien belge Jan Fabre, le chinois Yue Minjun, connu pour ses toiles peuplées de visages roses et hilares, le duo français Pierre et Gilles, créateur d’une iconographie mêlant peinture et photo, la japonaise Chiharu Shiota, et le nantais Philippe Cognée.

Reportage : France 3 Aquitaine - S. Valéro / M. Lasbarrères / R. Nouvelle

"Etre exposé dans la galerie Daniel Templon, c’est une opportunité même pour un artiste reconnu."

Livia Perrier, responsable artistique à l’Institut Culturel Bernard Magrez,

La galerie Daniel Templon possède trois espaces d’exposition : deux à Paris (30 rue Beaubourg et Impasse Beaubourg) et une galerie à Bruxelles. 
 

Alerte résultats de la présidentielle 2017
M'alerter dès que les résultats seront publiés !