Georges Pompidou, un président collectionneur à découvrir au château de Chambord

Par @Culturebox
Mis à jour le 23/06/2017 à 17H21, publié le 23/06/2017 à 14H57
"Georges Pompidou : une aventure du regard et l'art", l'exposition du domaine national de Chambord retrace la passion de l'ancien Président de la République pour la culture 

"Georges Pompidou : une aventure du regard et l'art", l'exposition du domaine national de Chambord retrace la passion de l'ancien Président de la République pour la culture 

© David Bordes / Centre Pompidou, MNAM-CCI / Philippe Migeat/ Dist.RMN-GP / Adagp, Paris, 2017

Le château de Chambord présente jusqu'au 19 novembre 2017, une grande exposition consacrée à Georges Pompidou. A travers 90 oeuvres, le visiteur découvre la passion de l’ancien Président de la République pour l'art moderne et le design. De "La Femme 100 têtes" de Max Ernst en 1930 au fameux salon Paulin, Pompidou le collectionneur détenait de véritables trésors rarement dévoilés.

A l'occasion des 40 ans du Centre Pompidou, le domaine de Chambord organise une importante exposition consacrée à l’ancien Président de la République. 90 œuvres exceptionnelles des maîtres modernes et des nouveaux réalistes dans un cadre majestueux : Soulages, Kandinsky, Giacometti ou Vasarely ont trouvé leur demeure jusqu'au 19 novembre 2017.
Zeichnung zu Lichte bidung (Dessin pour Lichte bildung), [1933] - Vassily  Kandinsky 

Zeichnung zu Lichte bidung (Dessin pour Lichte bildung), [1933] - Vassily  Kandinsky 

© Centre Pompidou, MNAM-CCI /Bertrand Prévost/ Dist.RMN-GP
L'exposition intitulée "Georges Pompidou : une aventure du Regard" a été possible grâce à des collections privées dont celle d'Alain Pompidou, le fils adoptif du couple présidentiel, et bien sûr celle du Centre Pompidou 

Reportage : Reportage : B. Du Fay / J. Barrere

Tempête autour d'un Soulages

Durant des années, lorsque Pompidou assurait la fonction de Premier Ministre, un immense tableau de Pierre Soulages (194 x 130 cm) est accroché dans le bureau de Matignon. Un choix qui provoque alors incompréhension et polémique.

"L'art abstrait à l'époque n'est pas encore apprécié à sa juste valeur dans les cercles politiques ou médiatiques. Cette toile de Soulages de 1957 remplace un portrait de Colbert ! C'est la première fois que l'art vivant va faire une intrusion aussi fracassante dans les palais de l'Etat", souligne Yannick Mercoyrol, Directeur de la programmation culturelle de Chambord. 
Pierre Soulages Peinture 194 x 130 cm, 9 octobre 1957Pierre Soulages Peinture 194 x 130 cm, 9 octobre 1957

Pierre Soulages Peinture 194 x 130 cm, 9 octobre 1957Pierre Soulages Peinture 194 x 130 cm, 9 octobre 1957

© Centre Pompidou, MNAM-CCI / Philippe Migeat/ Dist.RMN-GP © Adagp, Paris, 2017

Visionnaire et avant-gardiste 

Chez les Pompidou, l'attrait pour l'art moderne et le design n'était pas une simple posture de salon. Fervent amateur d'art moderne et des avant-gardes des années 50 à 70, le couple présidentiel collectionnait et accrochait des œuvres des plus grands artistes. Dès 1970, les Pompidou achètent de nouvelles pièces dans un style très contemporain : au rez-de-chaussée naissent ainsi une antichambre dessinée par Yaacov Agam, une salle à manger et un fumoir par Pierre Paulin.

Aménagement de l'antichambre des appartements privés du Palais de l'Elysée pour le président Georges Pompidou (Salon Agam), 1972 - 1974 par Yaacov Agam

Aménagement de l'antichambre des appartements privés du Palais de l'Elysée pour le président Georges Pompidou (Salon Agam), 1972 - 1974 par Yaacov Agam

© Centre Pompidou, MNAM-CCI/Jacqueline Hyde /Dist.RMN-GP © Adagp, Paris, 2017

L'œil de Claude Pompidou

Mais c'est surtout Claude, la première dame de France, qui introduit au Palais de L'Elysée un style plus moderne et moins rigide. De l'art abstrait et des meubles design font ainsi leur entrée au palais.

Meh (2) (Abeille), 1967-1968 - Victor Vasarely

Meh (2) (Abeille), 1967-1968 - Victor Vasarely

© Centre Pompidou, MNAM-CCI / Bertrand Prévost/ Dist.RMN-GP © Adagp, Paris, 2017

Femme de goût aux tenues griffées, elle s'occupe personnellement de la re-décoration des lieux et ainsi déclare : "Je m'en suis entièrement occupée. Refaire les salons anciens est ce qui m'a donné le plus de mal. J'ai voulu refaire le décor, reconstituer les ensembles, retrouver les meubles dispersés, refaire les soieries d'origine à Lyon, réussir les éclairages. J'adore la décoration. C'est une manie : il faut que je sois chez moi, j'ai vraiment besoin de vivre dans un décor créé par moi".

Tableau dans le style français II, 1966 - Martial Raysse

Tableau dans le style français II, 1966 - Martial Raysse

© Centre Pompidou, MNAM-CCI/Philippe Migeat/Dist.RMN-GP © Adagp, Paris, 2017

L'art résolument moderne

Les pièces exposées au Domaine national de Chambord constituent un ensemble exceptionnel et inédit. De l'art abstrait au figuratif en passant par les nouveaux réalistes et le design, le visiteur croise les plus grands maîtres modernes. Adami, Agam, Buffet, S. Delaunay, Fautrier, Fontana, Giacometti, Hartung, Kandinsky, Klein, Kupka, Matta, Michaux, Raysse, Soto, Soulages, Vasarely, B. van Velde, Vieira da Silva, Villeglé, etc.
Rue de la Quintinie, 4 juillet 1972 Affiches lacérées marouflées sur toile - Jacques Villeglé 

Rue de la Quintinie, 4 juillet 1972 Affiches lacérées marouflées sur toile - Jacques Villeglé 

© Courtesy Galerie GP & N Vallois, Paris Photo © Serge Veignant © Adagp, Paris, 2017

L’exposition montre la pertinence et l’audace de Georges Pompidou : "L'œuvre d'art, disait-il, c'est l'épée de l'archange et il faut qu'elle nous transperce".
 

Georges Pompidou, 1953-1954  Bronze - Etienne Hajdu

Georges Pompidou, 1953-1954  Bronze - Etienne Hajdu

© Collection Alain Pompidou Crédit photo : © David Bordes © Adagp, Paris, 2017