Feuilleton : parfum de nostalgie à Saint-Germain-des-Prés

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 02/07/2014 à 15H21
La célèbre brasserie "Les Deux Magots" : quartier Saint-Germain-des-Près à Paris

La célèbre brasserie "Les Deux Magots" : quartier Saint-Germain-des-Près à Paris

© LUDOVIC MARIN / AFP

Saint-Germain-des-Près, un nom, un quartier emblématique de Paris. Il tient sa réputation de la vie culturelle riche et intense qui l'a animé après guerre. C''était le quartier général de toute une génération d'intellectuels et musiciens, fréquenté par Simone de Beauvoir, Jean-Paul Sartre ou encore Boris Vian. Plongée dans le Saint-Germain-des-Prés de 2014 entre présent et nostalgie.

Tout le gratin de l'époque s'y donnait rendez-vous. Philosophes, acteurs, musiciens, écrivains, journalistes, chanteurs... en ont fait leur fief. Ils se sont côtoyés dans les boites de nuit, les brasseries (Lipp, Les Deux Magots ou le Café de Flore) et les fameuses caves de la rue de Rennes qui résonnaient de concerts de jazz américains.

Aujourd'hui, le quartier a perdu de son prestige sur le plan intellectuel, Beauvoir, Sartre, Vian ou Truffaut n'y flânant plus. Et seuls les bâtiments ont résisté au changement notoire qui s'est opéré. Les boutiques de grands groupes de luxe ont remplacé petites boutiques et librairies qui étaient l'essence même du faubourg.
 
Episode 1 : Saint-Germain-des-Près, une vie de quartier
 
Des milliers de touristes battent le pavé de Saint-Germain-des-Près, mais seulement 5 300 habitants y résident vraiment. Le quartier ressemble à un village (à peine une quinzaine de rues) où les résidents s'y côtoient avec plaisir et convivialité depuis bien longtemps. Ali Akbar, l'âme du quartier d'après les riverains est installé rue de Buci. Dernier marchand de journaux à la criée de Paris, il est arrivé à Saint-Germain-des-Près il y a quarante deux ans. Il est très nostalgique de cette époque où nombreuses petites boutiques et librairies cohabitaient.

Equipe : C. Cabral / P. Pachoud / M. Chekkoumy / R. Saint-Estève / A. Le Luhern
Episode 2 : Saint-Germain-des-Près et sa clientèle changée
Au fil des années, le faubourg s'est transformé et a vu sa clientèle changer. Les intellectuels et stars de l'époque ont disparu. Aux célèbres terrasses de café, les touristes du monde entier viennent s'installer le temps de s'imprégner du passé du quartier. Les petites librairies d'antan ont laissé place aux mastodontes de la consommation, seule la mythique "L'écume des pages" a su résister au raz de marée des grands groupes.   

Equipe : C. Cabral / P. Pachoud / M. Chekkoumy / R. Saint-Estève / A. Le Luhern
Saint-Germain-des-Près : un quartier devenu chic et chère
 
Les magasins de mode et boutiques de luxe ont dorénavent remplacé petits commerces et librairies. Les seuls mots d'ordre sont désormais profit et rentabilité. Avec une clientèle étrangère et surtout très dépensière, la course au rendement est inévitablement enclenchée. Et pour se loger aujourd'hui dans le quartier, pas la peine d'y penser, les prix ayant littéralement flambé. 

Equipe : C. Cabral / P. Pachoud / M. Chekkoumy / R. Saint-Estève / A. Le Luhern
Saint-germain-des-Près : Flambée de l'immobilier
 
Malgré les changements notoires du quartier, le faubourg n'a rien perdu de son attrait. Au contraire, une clientèle très aisée s'y est installée, entraînant une flambée des prix, qui selon les professionnels de l'immobilier, dépasse parfois l'entendement.
En effet, Saint-Germain-des-Prés est devenu au fil des années de plus en plus inabordable. C'est l'un des quartiers de Paris où le prix du mètre carré (17 000 à 35 000 euro) est le plus cher.
Mais qu'importe, les appartements s'arrachent comme des petits-pains ; les transactions s'effectuant en à peine quelques jours, voire quelques heures. Il faut dire que pour certains,détenir une adresse rue de Furstemberg ou rue Jacob est tellement chic...  et ça n'a pas de prix !
Equipe : C. Cabral / P. Pachoud / M. Chekkoumy / R. Saint-Estève / A. Le Luhern