Festival du nouveau mot : après "ordinosaure", bientôt le cru 2012

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 19/10/2012 à 18H46
"Ordinosaure", vieil ordinateur bon pour le musée

"Ordinosaure", vieil ordinateur bon pour le musée

© Culturebox

Après "ordinosaure" et "attachiant", la 11e édition du Festival du nouveau mot, qui sélectionne chaque année des néologismes inventés par le grand public, choisira son cru 2012 les 16 et 23 novembre à Paris et au Havre, a-t-on appris vendredi auprès de son fondateur.

Parmi les best-off des dernières années, censés attester des évolutions de notre époque et de la langue française, "ordinosaure" (un vieil ordinateur à envoyer au musée) et "attachiant" (une personne difficile à supporter mais dont on ne peut se passer) ont été plébiscités par les Français, selon un sondage OpinionWay, réalisé auprès de 1.015 personnes selon la méthode des quotas du 10 au 12 octobre pour le festival.

Parmi les autres "chouchous", on trouve "dessoiffer" (encore plus fort que désaltérer), "se faire électroniquer" (se faire avoir par l'électronique), "bonjoir" (entre bonjour et bonsoir), "chaudard" (c'est plus que "chaud", il y a du danger) ou "phonard" (insulte à une personne qui utilise mal son téléphone portable").

Nouveaux mots : à envoyer jusqu'au 15 novembre

Créé en 2002 par le sociologue de la famille Eric Donfu, le Festival du nouveau mot est né de l'amour de quelques passionnés pour "la langue française mouvante". 120 à 140 d'entre eux se réunissent tous les ans à Paris et au Havre afin de sélectionner 25 néologismes sur les 200 à 300 imaginés en moyenne par tous ceux qui le souhaitent. Cette année encore, enfants et adultes ont jusqu'au 15 novembre pour envoyer leurs inventions au festival (festivalmotnouveau@gmail.com). Un concours de cartes postales invitant les écoliers à composer un texte avec plusieurs des mots nouveaux est également organisé avec la fondation La Poste.

Souvent drôles et espiègles, ces néologismes se déclinent et se récitent comme des inventaires à la Prévert mais ils n'ont pas élu domicile dans les dictionnaires officiels. Si rien n'atteste non plus de leur entrée ou non dans le langage courant, ils constituent au fil des ans un dictionnaire "buissonnier" propice à la rêverie.