"Univers parallèles", des œuvres de jeunes autistes exposées à Colmar

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 18/05/2016 à 17H13
Une jeune autiste en pleine création © France3/Culturebox

Ils sont autistes et exposent pour la première fois au public leurs toiles à Colmar, dans le Haut-Rhin, jusqu'au 23 Juin. Des œuvres que ces 7 adolescents ont réalisées au sein d'un atelier d'art plastique, organisé une fois par semaine par l'institut médico-professionnel dont ils dépendent.

Reportage: G. Dreyer / S. Gaudry / A. Ahmed

L'exposition "Univers paralléles" a ouvert ses portes au Pôle média-culture Edmond Gerrer, à Colmar. Elle rassemble une dizaines de tableaux réalisés par sept jeunes autistes de l'Institut médico-educatif "Les artisans".

Des toiles qui vous parlent, qui vous touchent. "On ressent un choc emotionnel, on est assez sideré de voir à quel point c'est beau, tout simplement", remarque Emmanuelle Bildstein, chargée de l'action culturelle au Pôle-média culture.Des oeuvres qui ressemblent parfois à de l'art brut, comme celle d'Aziz.

Un exutoire

Comme une obsession, ce jeune autiste a couché sur la toile tous les mots qui lui passent par la tête. Des verbes, des prénoms, des animaux, qu'il balance sur son tableau comme un exutoire.
Les "mots" d'Azziz © France3/Culturebox

Ses peintures sont le fruit d’un travail effectué durant deux ans dans des ateliers d'art plastique de l'institut médico-educatif pour handicapés dont il dépend. Une activité artistique présentée comme une thérapie.

Un autre univers

Pour l’enseignante spécialisée Alexandra Pellicia, titulaire d'une maîtrise d'art plastique, "ces ateliers sont là pour ça, pour que ces jeunes autistes arrivent à communiquer de manière plus adaptée avec les autres ... Le graphisme est un outil important qui leur permet justement de faire le lien entre eux."

Un moment de création qui leur ouvre un autre univers, celui des artistes. "On a essayé de passer des traits autistiques à des traits artistiques pour qu’ils posent une signature, qu’on voit ces adolescents vraiment en tant que sujet"  explique Gino Fabro, éducateur spécialisé. Des oeuvres pleines de sensibilité à découvrir jusqu'au 23 juin.