Une exposition venimeuse au musée des Confluences à Lyon

Par @Culturebox
Mis à jour le 17/04/2017 à 12H49, publié le 15/04/2017 à 12H28
Serpent liane de l'exposition "Venenum, un monde empoisonné" au musée des Confluence à Lyon

Serpent liane de l'exposition "Venenum, un monde empoisonné" au musée des Confluence à Lyon

© JOEL PHILIPPON/PHOTOPQR/LE PROGRES/MAXPPP

Le musée des Confluences à Lyon ouvre au public samedi sa nouvelle exposition, "Venenum, un monde empoisonné", avec la présence exceptionnelle d'animaux vivants : veuves noires, scorpions, méduses et autres serpents.

Culture venimeuse

"L'idée, ce n'est pas de susciter la crainte, c'est vraiment de les découvrir, de voir en quoi ils sont venimeux ou toxiques", déclare Carole Millon, en charge de l'exposition qui doit durer neuf mois.

Sur 700 m2, elle retrace l'histoire des poisons au fil des siècles, qu'ils soient naturels ou artificiels, et de leur rôle dans l'histoire et la culture, la science et les croyances, la médecine et la criminologie.
Venenum, un monde empoisonné : présentation Arte
Sous une cage de verre, une impassible mygale saumonée, de la taille d'une main d'un enfant, attire l'œil du visiteur. Mais il ne faut pas oublier que face au danger, l'animal est doublement venimeux, en projetant littéralement ses poils dans sa victime avant de la mordre avec ses crochets.

Pas très loin d'elle, une poignée de petites veuves noires, reconnaissables par leur tâche rouge sur l'abdomen, sont tout aussi redoutables. Leur morsure provoque chez l'homme céphalées, nausées ou spasmes musculaires.

"Leurs venins constituent des poisons au premier abord mais ils peuvent aussi être des médicaments dans un deuxième temps", souligne Mme Millon, à l'instar de toxines issus de végétaux ou de bactéries comme le curare et la toxine botulique : le premier est utilisé dans le domaine de l'anesthésie, la seconde pour les soins esthétiques comme antirides.
"Venenum, un monde empoisonné" par France 3 Auvergne-Rhône-Alpes

Histoire et légendes

Au total, près de 400 objets ou œuvres d'art côtoieront une soixantaine d'animaux dans des vivariums, terrariums ou autres aquariums. Soit douze espèces venimeuses (qui inoculent du venin) ou vénéneuses (qui empoisonnent par ingestion ou simple contact).

Un imposant tableau de Gustave Lassalle-Borde (1814-1886) montre notamment le suicide le plus connu de l'Antiquité: celui de la reine égyptienne Cléopâtre qui s'est tuée, selon la légende, en se faisant mordre par un serpent venimeux. Mais après ses esclaves.
"La Mort de Cléopâtre piquée par un serpent" - Gustave Lassalle-Borde (1814-1886)

"La Mort de Cléopâtre piquée par un serpent" - Gustave Lassalle-Borde (1814-1886)

© PIERRE AUGROS/PHOTOPQR/LE PROGRES/MAXPPP
"Or, un serpent a des difficultés à mordre plusieurs personnes de manière consécutive", explique dans un sourire Mme Millon, évoquant l'hypothèse, aujourd'hui privilégiée par les historiens, "d'une fibule (ndlr: aiguille en métal) empoisonnée".

Des arcs et des flèches empoisonnées d'une tribu du Burkina Faso nourriront aussi l'imaginaire des plus jeunes comme des plus grands, ainsi qu'une chevalière à chaton mobile, donnée à des parachutistes français pendant la Seconde Guerre mondiale pour cacher une pilule de cyanure utilisable en cas de capture.

De nombreux dispositifs interactifs et pédagogiques sont également mis à disposition du public.

Alerte résultats de la présidentielle 2017
M'alerter dès que les résultats seront publiés !