Un musée du canard laqué ouvre ses portes à Pékin

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 29/07/2014 à 10H45
Le Musée du canard laqué de Pékin s'ouvre à l'occasion du 150ème anniversaire du grand restaurant Quanjude, spécialiste du met.

Le Musée du canard laqué de Pékin s'ouvre à l'occasion du 150ème anniversaire du grand restaurant Quanjude, spécialiste du met.

© GREG BAKER / AFP

C'est une grande première. A l'étage de l'un des plus grands restaurants de Pékin vient d'être installé un musée du canard laqué. Photos, sculptures et explications culinaires célèbrent l'un des plats incontournables de la cuisine chinoise.

Dans le hall d'entrée de l'immense restaurant Quanjude, les clients prennent leur tour dans les premières effluves de volaille rôtie, près d'une heure avant le début du service, déchiffrant les panneaux publicitaires judicieusement disposés : "Venez visiter le premier musée du canard laqué de Pékin !"

Vieux de 150 ans, Quanjude compte parmi les enseignes reconnues de la capitale, aux côtés du "Canard laqué pas cher", du "Roi du canard" et du plus huppé "Dadong Roast duck", tous propriétaires de plusieurs restaurants dans les différents quartiers de la ville, complets midi et soir.

Plus de 1 000 m² d'exposition

Le musée, premier du genre, se trouve au 7e étage du plus grand bâtiment de la chaîne, où rôtisseurs statufiés, photos de dignitaires à table - dont Richard Nixon et Henry Kissinger - et menus vieux de cent ans retracent le parcours du palmipède devenu une véritable institution culinaire, sur plus de 1 000 m². "Les clients consultent généralement l'exposition après dîner, sûrement rendus curieux par la saveur singulière du plat", s'enthousiasme une guide du musée rencontrée par l'AFP.

Pas de recette miracle dévoilée, mais une vingtaine de petites sculptures d'argile, qui déroulent les étapes de la confection du met. Tué lorsqu'il pèse trois kilos, gonflé d'air sous la peau pour la séparer de son gras, le canard est ensuite évidé et rempli d'eau bouillante, puis séché et badigeonné de sirop avant d'être rôti durant 50 minutes.

Charlie Chaplin, qui affectionnait les canards, a succombé au met pékinois

La légende, relayée par l'exposition, veut que le canard laqué pékinois soit paradoxalement né à Nankin (est), avant d'accompagner le changement de capitale décidé sous la dynastie des Ming par l'empereur Yongle, au début du XVème siècle. Mais si la méthode de préparation de la volaille vient bien de l'Est, le mode de cuisson tient en réalité d'une innovation toute pékinoise, selon Fuchsia Dunlop, spécialiste britannique de la cuisine chinoise.

"A la création de Quanjude, les chefs ont choisi de suspendre les canards dans un four en argile, alimenté par un feu fait avec le bois d'arbres fruitiers comme le pêcher, le poirier ou le jujubier : c'est ce qui lui donne le goût que l'on connaît aujourd'hui", raconte-t-elle. Un chef spécialiste du plat vient généralement découper la volaille et sa peau croustillante à table, "en une centaine de tranches pour les plus habiles", indique-t-elle.
Des canards laqués dans un restaurant de la province de Zhejiang, au sud de Shanghai.

Des canards laqués dans un restaurant de la province de Zhejiang, au sud de Shanghai.

© MATTES RENÉ / HEMIS.FR / AFP
Il faut compter 288 yuans (35 euros) pour un canard entier, avec ses condiments. "C'est tout un spectacle, un peu comme aller au théâtre en famille", précise-t-elle. Quanjude se vante d'avoir cuisiné 196 millions de canards. La légende d'une photo de Charlie Chaplin dînant avec Zhou Enlai, l'ex-Premier ministre chinois, en 1954 à Genève raconte que l'acteur britannique, se vantant de ne jamais manger de canard, par affection pour ces animaux "à qui sa démarche d'acteur devait beaucoup", aurait consenti à "faire une exception à la règle pour goûter celui-là", en voyant le canard laqué pékinois.

La cuisine chinoise au patrimoine culturel immatériel de l'Unesco ?

Pour Fuchsia Dunlop, le succès international du plat tient beaucoup au caractère ludique de sa présentation : "Traditionnellement, on roule soi-même la viande dans une petite crêpe, avec des lamelles d'oignons nouveaux, de poireaux et de concombres, on ajoute la sauce, à base de prunes salées et de soja noir, puis on mange avec les doigts, un peu comme un kebab ou un hamburger." "Par rapport à d'autres spécialités chinoises, c'est un plat accessible aux Occidentaux, sans textures ou ingrédients inconnus, sans parties d'animaux qu'ils ne sont pas habitués à manger", remarque-t-elle.

Les expositions consacrées aux différentes spécialités chinoises fleurissent depuis quelques années en Chine, faisant parfois preuve de créativité pour attirer les touristes, comme le musée de la fondue sichuanaise à Chongqing, construit en forme de marmite. "Depuis la diffusion de la série documentaire sur la nourriture "A bite of China", en 2012, les Chinois ont compris qu'une grande partie de leur héritage se trouvait à table, avec des savoir-faire construits au fil des siècles et des plats très différents selon les régions", explique Fuchsia Dunlop.

Au mois de mars dernier, Pékin avait annoncé préparer le dossier de candidature de la cuisine chinoise au patrimoine culturel immatériel de l'Unesco, auquel seules les gastronomies japonaise et française figurent en tant que telles à ce jour.